Nigéria : les élections se poursuivront dimanche

Le président nigérian Goodluck Jonathan est candidat à sa réélection samedi [Jewel Samad / AFP/Archives]

Les Nigérians se pressaient samedi vers les bureaux de vote pour élire leur président. Mais le scrutin était perturbé par des attaques contre des bureaux de vote imputées aux islamistes ainsi que par les défaillances du nouveau système de vote électronique. Problèmes qui a contraint le pays à suspendre le vote dans certaines zones.

 

La commission électorale a indiqué qu'en raison de problèmes techniques, le vote était suspendue dans certaines zones du pays.

Il reprendra, là où il a été suspendu, dès dimanche.

 

Mobilisation générale

Du hub pétrolier de Port Harcourt, en plein sud chrétien, à Kano, la deuxième plus grande ville musulmane du continent, en passant par la mégalopole de Lagos, 68,8 millions d'électeurs - sur 173 millions d'habitants - étaient appelés aux urnes, pour des élections présidentielle et législatives.

Le président sortant, Goodluck Jonathan - un chrétien du Sud de 57 ans - brigue un second mandat, face à l'ancien général Muhammadu Buhari - un musulman du Nord de 72 ans - son principal adversaire et le candidat d'une opposition plus unie que jamais.

 

Sept personnes tuées

Mais certains bureaux de vote ont été attaqués dans la matinée. D'abord à Birin Bolawa et Birin Fulani, où deux personnes ont été tuées quand deux hommes ont tiré sur les files d'attente .

Des hommes armés se sont également mis à tirer sur des électeurs devant le bureau de vote de Dukku, dans l'Etat de Gombe, vers 11h30 (10H30 GMT). "Trois personnes ont été tuées", a rapporté Ibrahim Ahmad, un habitant, selon qui les assaillants ont ensuite exécuté un représentant du parlement de l'Etat et le chef traditionnel du village voisin de Tilen. Bala Akilu, un autre témoin, a confirmé ces informations.

 

Démantèlement du califat

Même si Boko Haram est en perte de vitesse, le groupe islamiste, désormais allié à l'organisation Etat islamique, avait menacé de perturber l'élection.

L'armée nigériane, qui a annoncé vendredi avoir repris le fief islamiste de Gwoza, se targue d'avoir démantelé le "califat" proclamé par Boko Haram, dans le cadre d'une offensive militaire régionale, ces deux derniers mois.

 

Difficultés techniques

D'autres difficultés, celles-ci techniques, perturbaient le scrutin. Afin d'éviter les fraudes électorales, très répandues jusqu'ici au Nigeria, la commission électorale indépendante (Inec) expérimente un nouveau système de lecteurs de cartes électorales biométriques.

Malheureusement, cette belle aventure technologique tournait samedi en déconfiture, Jonathan Goodluck ayant lui-même été victime du nouveau système de vote. 

 

Le président échoue à voter

Le président sortant a passé plus de trente minutes à l'intérieur du bureau de vote de son village natal d'Otuoke, dans l'Etat de Bayelsa (sud), accompagné de son épouse, Patience sans parvenir à s'inscrire, deux lecteurs de carte biométriques successifs ayant échoué à reconnaître leurs cartes d'électeur.

Vers 11H00 (locales, 10h00 GMT), lui et son épouse sont revenus au bureau de vote où après une énième tentative, ils ont finalement réussi à s'enregistrer.

 

D'autres incidents

Des incidents du même type ont été rapportés dans d'autres localités, notamment à Maraba, dans la banlieue d'Abuja, où la reconnaissance des empreintes a finalement été abandonnée au profit des méthodes traditionnelles, selon un journaliste de l'AFP sur place.

Peu avant les élections, l'Inec avait assuré que l'identification électronique ne prendrait pas plus de dix secondes par électeur. Si les machines fonctionnent dans la plupart des bureaux, on pourrait assister aux élections les plus propres de l'histoire du Nigeria. Mais s'il y a trop de dysfonctionnements et de trop longues files d'attentes, cela pourrait au contraire donner lieu à des violences.

 

Scrutin en deux temps

L'ex général Muhammadu Buhari, candidat du Congrès Progressiste (APC) et principal adversaire de M. Jonathan, s'est lui enregistré sans difficulté dans le bureau de vote de son fief de Daura, dans l'Etat de Katsina, vêtu d'une ample tunique blanche et d'un petit chapeau typique du nord du Nigeria, majoritairement musulman.

Le scrutin doit se dérouler en deux temps. A partir de 08H00 locales (07H00 GMT), les assesseurs devaient procéder à la vérification des inscriptions sur les listes. Dans un second temps, à partir de 13h30 (12H30 GMT), les électeurs devront revenir voter.

Tôt le matin, de longues files d'attente se sont formées devant les bureaux de vote, un peu partout dans le pays. Certains électeurs ont même raconté avoir passé la nuit sur place.

 

Quelque chose d'important

A Kano, la plus grande ville du nord du pays, frappée à plusieurs reprises par des attentats meurtriers commis par les islamistes de Boko Haram, la plupart des votants sont arrivés dès 06H00, juste après la prière du matin.

"Les élections c'est vraiment quelque chose d'important, au Nigeria", témoigne l'un d'entre eux, Dahiru Badamasi. "Le pays a besoin d'être secouru du chaos dans lequel on se trouve actuellement. L'insécurité, le manque de soins médicaux, d'éducation Partout, c'est la pagaille. Voilà où on en est".

 

"100% prêts à voter"

De part et d'autre du pays, les électeurs s'apprêtaient à soutenir leur candidat. Ainsi, à Daura, le fief du leader de l'opposition, Muhammadu Buhari, Moustapha Osman était totalement investi : "Nous sommes 100% prêts à voter, et nous allons voter pour le candidat qui protègera nos vies et l'intégrité de ce pays."

A l'inverse, à Utuoke, dans le village du candidat chrétien, où Goodluck Jonathan doit voter dans la journée, Laurence Banigo, un ingénieur de 42 ans soutenait le président sortant: "Les Nigérians qui ont pu apprécier son bon boulot devraient lui donner la chance de continuer encore pour quatre ans."

 

Vous aimerez aussi

Le dernier étage abritait une école maternelle et primaire.
Drame Nigeria : au moins 8 morts dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos
Vérification de la validité des bulletins de vote durant le décompte des voix aux élections présidentielle, législatives et sénatoriales, le 23 février 2019 à Port Harcourt, dans le sud du Nigeria [Yasuyoshi CHIBA / AFP]
Nigeria Les Nigérians attendent de connaître leur prochain président, les bureaux de vote ferment
Les employés chargés du  bon déroulement du scrutin présidentiel nigérian préparent un bureau de vote à Port Harcourt, le 23 février 2019 [Yasuyoshi CHIBA / AFP]
Afrique Les Nigérians élisent leur prochain président

Ailleurs sur le web

Derniers articles