La Marine américaine développe ses "drones" sous-marins

Le navire USS Mesa Verde dans l'Océan atlantique le 15 septembre 2009 [Monica Rueda / AFP/Archives]

L’agence responsable des projets en recherche pour la Défense américaine développe actuellement une palette d'engins marins ou sous-marins automatisés, sur le modèle des drones utilisés dans les airs.

 

L'un des systèmes présentés cette semaine par le Darpa (Defense Advanced Research Projects Agency) prévoit notamment de laisser au fond des océans des petits lanceurs, équivalent sous-marins des fusées, qui seraient activés par les militaires en cas de besoin. Une fois activé, le lanceur remonterait vers la surface, et pourrait lancer un drone marin ou aérien, ou porter un relais de communication pour contrer les brouillages ennemis, a expliqué Jared Adams, porte-parole du Darpa.

"Le but est de permettre le déploiement de systèmes automatisés à des endroits lointains, en les pré-déployant des années avant, et en les déclenchant au moment de notre choix", a-t-il expliqué. Ces lanceurs dormants pourraient remplir à des coûts bien inférieurs des missions qui sont aujourd'hui confiées à des sous-marins, selon lui.

 

Délai court

Parce que l'avance technologique américaine se réduit, les chercheurs veulent trouver le moyen de concevoir de nouveaux armements dans un délai court, sans les habituelles procédures interminables du Pentagone. Steven Walker, responsable adjoint du Darpa, souligne que son agence est "en train de repenser comment nous développons de nouveaux systèmes militaires", pour être plus souples et moins coûteux.

"Certains de nos systèmes sont extrêmement performants, les plus performants du monde, mais ils sont très complexes, ils sont coûteux. Il faut beaucoup de temps pour les développer et les déployer", souligne-t-il. Les lanceurs sous-marins posent une série de défis technologiques, de la méthode de déclenchement du lanceur au moyen de remonter jusqu'à la surface, en passant par le stockage d'énergie dans l'appareil pendant plus d'un an, a expliqué M. Walker.
   
 

Vaisseaux fantômes

Parmi les autres projets marins du Darpa, dont les travaux ont permis de lancer internet ou les avions furtifs, des engins automatisés d'observation sous-marin, analogues aux satellites dans l'espace, destinés à repérer les submersibles adverses. Ces outils, baptisés "sub-ulites" devront avoir une capacité de détection géographiquement "assez large", souligne M. Walker.Les scientifiques du Darpa creusent aussi l'idée de "sonars passifs", terrés au fond des mers pour écouter les signatures acoustiques des sous-marins.

Le programme le plus sophistiqué est celui de navires automatiques déployés sur les mers pour traquer les sous-marins, des "vaisseaux fantômes" capables de libérer des navires traditionnels pour d'autres tâches. La chasse aux sous-marins consomme beaucoup de temps et revient cher: si ces navires automatiques existaient, ils "changeraient la donne" pour la Marine, expliquent les responsables du Darpa.

 

"Chasseur des mers"

Le programme baptisé ACTIVE envisage un navire de 40 mètres, le "chasseur des mers", dont un prototype à échelle réduite vient d'être testé pendant six semaines dans le Golfe du Mexique.Selon la presse spécialisée, le prototype a su naviguer en évitant rochers et bancs de sable. L'étape suivante est de tester un prototype à l'échelle réelle, dans une situation de filature d'un bateau-cible.

"La Marine travaille avec nous pour un test à l'automne", a déclaré M. Walker. L'intérêt du système est d'être "plutôt bon marché" par rapport au prix des sous-marins qu'il est chargé de traquer, explique M. Walker.

Vous aimerez aussi

Face à l'agitation ambiante, la police de Los Angeles a mené sa petite enquête...
Etats-Unis Vidéo : une fausse météorite inquiète les habitants de Los Angeles
«Fantastic Adventures» comptait un peu plus de 700.000 abonnés et ses vidéos cumulaient 242 millions de vues.
Etats-Unis Enfants battus : la mère interpellée, YouTube ferme leur chaîne «Fantastic Adventures»
Selon des statistiques dont se fait l'écho CBS News, la population noire du comté de Saint-Louis auquel appartient Ferguson, a trois plus de chance que les Blancs d'être pauvres.
Etats-Unis Mort de Michael Brown à Ferguson : mystère autour de la mort de 6 militants antiracistes

Ailleurs sur le web

Derniers articles