Garissa : une récompense pour trouver le cerveau présumé

Un prime pour retrouver le cerveau présumé de l'attaque de l'université de Garissa. [CARL DE SOUZA / AFP]

Au Kenya, l’enquête s’accélère après les attaques ayant fait 148 morts jeudi 2 avril à Garissa. La police recherche Mohamed Mohamud, cerveau présumé du massacre, et ferait tout pour obtenir la moindre information le concernant. Une récompense est ainsi promise

 

20 millions de shillings (200.000 euros). C’est le montant de la récompense promise pour toute indication permettant l’arrestation de Mohamed Mohamud, connu sous le nom de Kuni, Dulyadin ou Gamadhere, cerveau présumé du massacre de l’université de Garissa, ayant fait 148 morts jeudi dernier.

L’homme, membre présumé du mouvement islamiste Shebab qui a revendiqué les attaques de Garissa, est également recherché pour une série de raids survenus en 2014 dans le Nord-Est kényan, près de la frontière somalienne et ayant fait 64 morts.

 

Radicalisé

L’homme, dont les photos ont laissé entrevoir un individu mince avec une barbe courte, est un ancien enseignant présenté comme quelqu’un de "tranquille". Après avoir enseigné et dirigé une école coranique de Garissa, il se serait radicalisé puis aurait traversé la frontière somalienne pour rejoindre les Tribunaux islamiques (ancêtre des Shebab), défaits en 2007.

Selon les forces de police kenyannes, il aurait rejoint par la suite les Shebab et serait devenu chef des opérations dans le sud de la Somalie avec pour mission de combattre au Kenya.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles