Walter Scott : le vidéaste donne sa version

Plusieurs personnes se sont rassemblées dans le calme le 8 avril à Charleston pour rendre hommage à Walter Scott. [JIM WATSON / AFP]

Feidin Santana, l'auteur de la vidéo montrant un homme noir se faisant abattre par un policier à Charleston (Etats-Unis), s'est exprimé sur les circonstances du drame. Selon lui, une altercation aurait écalté entre les deux hommes avant les coups de feu.

 

Sa vidéo a fait le tour du monde. Feidin Santana était sur le chemin du bureau le jour où un policier blanc à abattu un homme noir dans les rues de Charleston en Caroline du Sud (Etats-Unis) après un contrôle routier. Il a décidé de filmer la scène avec son téléphone portable.

Interrogé par NBC News, cet originaire de République Dominicaine a avoué qu'une altercation avait eu lieu entre les deux hommes avant la fusillade. "Avant que je ne commence à filmer ils étaient tous les deux au sol", a-t-il déclaré.

 

La vidéo qui dément les déclarations du policier

Le témoin a également confié que le policier Michael Slager "avait le contrôle de la situation". Avant d'ajouter : "il contrôlait Scott (la victime, NDLR) et Scott essayait de se dégager du Taser, mais comme je l'ai déjà dit, il n'a jamais utilisé le Taser contre le policier".

Dans la vidéo, on peut apercevoir la victime lâcher le Taser au sol avant de tenter de s'enfuir en courant, contrairement aux révélations du policier qui affirme avoir été menacé par l'homme de 50 ans. Il lui a finalement infligé huit coups de feu dans le dos, donc cinq ont touché Walter Scott.

 

Risque de peine de mort

Grâce à cette vidéo, Feidin Santana est accueilli en héros par la famille de la victime Walter Scott. Selon la famille, cette preuve a permis de rendre justice au défunt. "Sans cette vidéo, il n'y aurait pas eu de justice. Sans preuve visible, c'est votre parole contre celle de la police. Et il semble qu'ils croient davantage la police", a déclaré mercredi Barbara Scott, une cousine de Walter à l'AFP.

Le policier Michael Slager, 33 ans, risque désormais la peine de mort ou 30 ans d'emprisonnement. Inculpé de meurtre, il a été incarcéré mardi.

 

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles