Immigration : les mesures de l'UE en place en Méditerranée

Les mesures actuelles employées par l'Union européenne sur l'immigration sont jugées insuffisantes par de nombreux détracteurs. [Georges Gobet / AFP]

Après un nouveau drame d'immigration, survenu dans la nuit du samedi 18 avril et faisant craindre 700 décès, la responsabilité de l'Union européenne est mise en cause. L'opération Triton, actuellement en place, ne convainc pas.  

 

Le naufrage d’un chalutier de migrants au large des côtes libyennes dans la nuit de samedi à dimanche met l'Union européenne au cœur des débats. L'opération Triton, mise en place en 2014, est vivement critiquée par des ONG et dirigeants politiques.

Certains regrettent l'opération Mare Nostrum, lancée par l'Italie fin 2013 suite aux drames de Lampedusa. Cette opération ambitionnait de sauver les vies des migrants en surveillant la Méditerranée 24 heures sur 24. Pour y parvenir, l'Italie avait mis en place un budget de 110 millions d'euros – 9 millions d'euros par mois – comprenant le déploiement de 10 navires et 900 hommes.

 

Triton, l'opération qui ne suffit plus

Cette mission, jugée trop chère par l'Italie, a été arrêtée en octobre 2014 après avoir sauvé entre 150.000 et 170.000 vies en un an. L'Union européenne a alors pris le relais en lançant l'opération Triton, beaucoup moins ambitieuse.

Cette nouvelle mesure, cette fois-ci financée par l'ensemble des 28 pays membres de l'UE, dispose d'un budget beaucoup plus faible. Seuls 3 millions d'euros sont déboursés chaque mois, soit trois fois moins que l'Italie au moment de l'opération Mare Nostrum.  Il s'agit en réalité d'une opération de surveillance et non de sauvetage et se limite aux eaux européennes, alors que Mare Nostrum agissait jusqu'aux côtes libyennes.

 

Ne pas encourager les migrants à traverser la Méditerranée

L'UE semble toutefois défavorable à l'idée d'instaurer un nouveau plan Mare Nostrum financé par l'ensemble des pays membres. Certains Etats craignent que cette opération encourage de nouveaux migrants à traverser la Méditerranée. Avec Mare Nostrum, les migrants, sûrs d'être recueillis en Europe, n'hésiteraient pas à tenter leur chance selon ces détracteurs.

Les ministres européens des Affaires étrangères se réunissent ce lundi 20 avril à Luxembourg pour prendre de nouvelles mesures. Le commissaire européen chargé de la migration, Dimitris Avramopoulos, a annoncé sur Twitter préparer des "actions coordonnées".

 

©iTELE

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles