Chrétiens persécutés : les régions les plus dangereuses

Des chrétiens syriens prient à la Meriamiah Church de Damas le 10 avril 2015. [LOUAI BESHARA / AFP]

Que ce soit pour des raisons politiques ou religieuses, de plus en plus de chrétiens - catholiques, protestants et orthodoxes - sont persécutés dans le monde. 

 

200 millions de chrétiens ne pourraient pas vivre leur foi librement à travers le monde d'après les estimations d'Aide à l'Eglise en Détresse, qui constate par ailleurs une augmentation de l'atteinte à la liberté religieuse. Les chrétiens, qui représentent un tiers de la population mondiale, forment le groupe religieux le plus important au monde, mais aussi le plus persécuté. Tous les continents, excepté l'Océanie, sont touchés par ce fléau.

 

Persécutions liées à l'extrémisme religieux

La première cause de persécution des chrétiens est religieuse, et plus précisément liée à l'extrémisme musulman. La Somalie, où moins de 0,2% de la population est chrétienne, est particulièrement confrontée à cette menace. Les chrétiens y sont considérés comme des proies à éliminer, et sont bannis de la vie publique. En mars 2014, une mère de deux enfants et son cousin ont été décapités sur la place publique après que les extrémistes islamistes d'une milice rebelle ont découvert qu'ils étaient chrétiens.

L'Irak et la Syrie, où le groupe Etat Islamique est prédominant, montrent aussi une forte intolérance envers les chrétiens. Ces derniers y sont tués ou encore enlevés contre des rançons. L'Irak ne compte plus que 300.000 chrétiens contre 1,2 million au début des années 1990, et 40% des 1,8 million de chrétiens syriens ont quitté leur pays en 2014.

 

©iTELE

 

L'Afghanistan développe pour sa part un climat de méfiance à l'égard des chrétiens. Les chrétiens s'y trouvent alors discriminés et attaqués. En 2013, le député Nazir Ahmad Hanafi a affirmé que les musulmans qui se convertissent au christianisme "doivent être tués". Au Soudan, l'apostasie est passible de mort. Les chrétiens sont tués et maltraités sans que leurs bourreaux ne soient punis.

Au Pakistan, les chrétiens subissent des intimidations pour se convertir à l'islam. S'ils n'acceptent pas de se convertir, ils sont souvent tués, comme c'était le cas de Haroon, jeune chrétien de 22 ans et père de deux enfants exécuté sur son lieu de travail en 2014. L'accès à l'éducation est également refusé aux chrétiens dans le pays. En 2015, les persécutions envers les chrétiens s'intensifient. En mars, un double attentat contre un quartier chrétien a fait 19 morts, tandis qu'en avril un adolescent de 14 ans a été brûlé vif par de jeunes musulmans pour sa religion.

Au Nigéria, la moitié de la population est chrétienne. Bien que nombreux, les chrétiens se trouvent opprimés dans le pays. En mars 2014, plus de 100 personnes ont été tuées lors d'attaques contre des villages chrétiens près de Kaduna. Un mois plus tard, près de 300 jeunes filles d'un collège de Chibok ont été enlevées par Boko Haram, et ont été forcées de se convertir à l'islam. La conversion au christianisme pour un musulman y est passible de mort

Les radicaux islamistes ne sont pas seuls à pourchasser les chrétiens : les extrêmistes hindous sont également très actifs en la matière. Certains Etats d'Inde exercent également des pressions envers les chrétiens. Ce sont les nationalistes hindous qui les persécutent le plus. Les violences survenues dans l’État d’Orissa en 2007 et 2008 sont significatives : 400 villages ont été vidés de leur population chrétienne et plus de 100 chrétiens ont été brûlés ou frappés à mort. En avril 2015, la vice-présidente d'un groupe extrémiste hindou a déclaré que les chrétiens devraient être "stérilisés de manière à ce que leur nombre ne puisse plus augmenter"

 

Persécutions dues aux régimes autoritaires

La seconde cause de persécution est politique. Elle est notamment présente dans les pays totalitaires. Selon l'index mondial de persécution de Portes Ouvertes, la Corée du Nord est le pays où les chrétiens sont les plus opprimés dans le monde. Ils se trouvent dans l'obligation de cacher leur croyance sous peine d'être exécutés. Tout signe de religion comme le fait de détenir une Bible est passible de tortures. Les croyants sont envoyés dans des camps de travaux forcés.

 

©PortesOuvertes

 

En Ouzbékistan, les protestants, considérés comme perturbateurs pour la société, sont surveillés voire éradiqués. En cas de possession de matériel religieux les chrétiens se voient infliger des amendes pouvant atteindre 100 fois le salaire minimum mensuel, et leur matériel se trouve détruit. Les chrétiens ne peuvent donc pas vivre leur foi librement, comme au Vietnam où ils sont envoyés en prison pour "propagande anti-gouvernementale". Les rassemblements de chrétiens sont considérés comme des complots contre le gouvernement, qui fait donc tout pour les empêcher, jusqu'à agresser les croyants.

Au Myanmar (Birmanie) et en Chine, les chrétiens ne sont pas victimes d'agressions mais découragés dans leur pratique. Ils subissent discriminations et harcèlements devant la justice, et les enfants doivent suivre les rituels bouddhistes à l'école. Des églises sont également détruites.

 

Pays méconnus

Certains pays peu médiatisés exercent aussi des oppressions sur les chrétiens. Comme l'Erythrée, petit pays africain où ils se trouvent enfermés dans des conteneurs en métal et des camps militaires par le gouvernement. Les Maldives, connues comme un paradis touristique, présentent un côté plus sombre. S'ils se convertissent au christianisme, les habitants perdent leur nationalité. Aucune église n'est présente sur le territoire.

Les chrétiens sont également touchés en Amérique latine. La Colombie subit une situation particulière avec la présence des organisations criminelles, qui craignent que les chrétiens ne retournent la population voire même certains de leurs membres contre eux. Plusieurs pasteurs qui se sont ouvertement opposés à ces organisations ont été tués. Dans certains territoires indigènes, les chrétiens sont chassés, emprisonnés voire torturés. Enfin au Mexique les églises – notamment celles qui disposent de centres de désintoxication – sont menacées par les narcotrafiquants, et certaines ONG tentent d'écarter les chrétiens de la sphère publique, surtout de l'enseignement.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles