Le "comptable d’Auschwitz" devant les juges

L'entrée de l'ancien camp d'extermination d'Auschwitz, en Pologne [Dimitar Dilkoff / AFP/Archives]

Mardi 21 avril s’ouvre à Lunebourg (Nord de l’Allemagne), le procès d’Oskar Gröning, surnommé le "comptable d’Auschwitz ". L’homme aujourd’hui âgé de 93 ans est soupçonné de s’être "rendu complice d’au moins 300.000 crimes" commis dans le camp de concentration d’Auschwitz-Birkenau en 1944.

 

71 ans après les faits, Oskar Gröning comparait enfin devant la justice allemande. Celui qui n’a jamais nié son implication dans l’armée nazie, est jugé pour avoir participé à l’envoi de près de 300.000 Juif hongrois dans les chambres à gaz. Il n’est pour autant pas accusé de les avoir fait fonctionner directement.

Son rôle était de collecter les objets personnels, les bijoux, les vêtements et bagages des déportés. Il était également chargé de récupérer les billets de banques des déportés afin de les envoyer ensuite vers Berlin, ce qui lui vaudra son surnom de "comptable d’Auschwitz". "J'ai vu pratiquement toutes les devises du monde" a-t-il expliqué à la presse allemande.

 

"Attiré par l’élégance de l’uniforme"

Oskar Gröning a 18 ans lorsqu’il adhère au parti nazi. Mais c’est deux ans plus tard, à 20 ans, "attiré par l’élégance de l’uniforme", que le jeune homme s’engage totalement dans les rangs des Waffen SS, l’armée nazie. Oskar Gröning travaille pendant deux ans sur le camp d’Auschwitz mais ne sera jugé que pour son activité durant la période du 16 mai au 11 juillet 1944 : c'est pendance ces deux mois qu'ont eu lieu les grandes rafles des Juifs hongrois.

L’ancien nazi n’est pas accusé d’avoir fait fonctionner les chambres à gaz, ni d’avoir malmené les déportés : il jure d’ailleurs ne jamais "avoir donné une gifle". C’est bien pour s’être "rendu complice d’au moins 300 000 crimes" qu’Oskar Gröning, comparaitra devant une soixantaine de personnes (descendants de victimes ou rescapés), qui se sont portées parties civiles. 

 

Dernier procès d’un ancien nazi

Ce procès devrait être l’un des derniers d’un ancien nazi alors que les camps de concentration ont fermé il y a près de 70 ans. Sur les 6.500 gardes du camp d’Auschwitz, seulement une trentaine ont été condamnés.

En 2003, Oskar Gröning avait témoigné dans un documentaire diffusé sur la BBC. Il expliquait alors, vouloir témoigner contre ceux qui nient l’Holocauste. 

 

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles