Attaque au Texas : un des assaillants en contact avec un recruteur de l'EI

Les lieux de l'attaque survenue dimanche à Garland (Texas). [Ben Torres / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP]

Quatre jours après la fusillade à Garland (Texas) aux abords d'un centre où se déroulait un concours de caricatures de Mahomet, la piste islamiste se dessine de plus en plus. Selon la presse américaine, l'un des assaillants tué dans l'attaque était en contact avec un recruteur de l'Etat islamique depuis plusieurs semaines.

 

Les liens entre l'Etat islamique et la fusillade survenue dimanche soir au Texas aux abords d'un concours de caricatures du prophète Mahomet semblent se confirmer.

Selon ABC News, Elton Simpson, l'un des auteurs de l'attaque était en contact étroit avec un recruteur américain de Daesh, agissant sous le pseudonyme "Miski".

 

 

Promoteur du jihadisme

Connu du FBI, ce dernier a fui les Etats-Unis en 2009 pour rejoindre des organisations terroristes. Depuis, il est devenu un important promoteur du jihadisme, notamment sur Internet. "Son influence est assez vaste", explique à ABC News, David Ibsen, directeur du Counter Extremism Project.  

"Il est connu comme étant une référence sur le web" pour fournir des informations aux personnes souhaitant rejoindre les rangs de l'Etat islamique et pour les recruter.

 

Echanges sur Twitter

ABC News rapporte que "Miski" et Elton Simpson avaient échangé à plusieurs reprises sur les réseaux sociaux, évoquant même l'attentat contre Charlie Hebdo.

Fin avril, Elton Simpson avait posté sur Twitter le message "Quand vont-ils jamais apprendre" en parlant du concours de caricatures. "Nos frères de Charlie Hebdo ont fait leur part, il est temps que des frères aux Etats-Unis fassent leur part", avait alors répondu "Miski".

Quelques jours après ces messages, Elton Simpson et son colocataire Nadir Soofi ouvraient le feu aux abords du concours avant d'être abattus par la police.

 

Attaque revendiquée par l'Etat islamique

Deux jours après la fusillade, Daesh avait revendiqué l'attaque dans un message diffusé sur sa radio : "Deux soldats du califat ont mené une attaque contre une exposition de caricatures contre le prophète à Garland".

"Nous disons à l'Amérique : ce qui se prépare sera plus important et plus amer. Vous verrez des choses horribles", avait également menacé le groupe terroriste.

 

Prudence

Mais la Maison Blanche s'est, jusqu'ici, montrée prudente sur les liens entre la fusillade et l'EI, soulignant que l'enquête du FBI est toujours en cours.

"Avant de nous prononcer sur le sujet, nous préférons être certains d'avoir un maximum d'éléments en mains", a ainsi expliqué Josh Earnest, porte-parole du président Obama. 

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles