La victoire de Cameron fait trembler les autres partis

Ed Miliband dans la nuit du jeudi 7 au vendredi 8 mai. [OLI SCARFF / AFP]

Peu de temps après l'annonce de la large victoire du conservateur David Cameron, ses adversaires déçus prennent des mesures suite à leur défaite. 

 

Parti des libéraux-démocrates

Nick Clegg a annoncé sa démission de la tête du parti libéral-démocrate britannique, après la déroute de celui-ci aux élections législatives de jeudi, qui a durement payé son alliance avec les conservateurs ces cinq dernières années. 

"Les résultats ont été dévastateurs", a reconnu Nick Clegg lors d'une conférence de presse à Londres. Peu après 10H30 GMT, les Libéraux-démocrates n'avait que 8 députés (contre 56 dans le parlement sortant) alors que seules neuf circonscriptions restaient à dépouiller sur les 650 du pays. 

 

Parti pour l'indépendance du Royaume-Uni

De son côté Le leader de l'Ukip, Nigel Farage, battu dans sa circonscription de South Thanet, a confirmé vendredi qu'il démissionnait de la tête du parti europhobe sans toutefois exclure un retour à l'automne.

 

Parti des travaillistes

La lourde défaite des travaillistes aux législatives britanniques est aussi un échec personnel pour son dirigeant Ed Miliband, que certains au sein du Labour poussaient déjà vers la sortie vendredi matin. Il a annoncé sa démission en début d'après-midi.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles