Après le crash, les A400M cloués au sol

Un Airbus A400M sur le tarmac de l'aéroport de Cottbus-Drewitz, dans l'est de l'Allemagne, le 22 mai 2012 [DPA/AFP/Archives]

Après le crash survenu en Espagne, l'Allemagne, la Grande-Bretagne et la Turquie ont décidé de suspendre les vols de A400M.

 

C’est une mesure de précaution en attendant les résultats de l’enquête. Au lendemain du crash d’un A400M, qui a fait quatre morts près de Séville (Espagne), l’Allemagne, la Grande-Bretagne et la Turquie ont décidé de suspendre les vols de cet appareil de la firme Airbus.

Cette décision, "temporaire", a été prise "pour des raisons de sécurité". L’armée allemande a toutefois fait savoir que "depuis sa livraison en décembre, l’avion a volé de façon régulière". De son côté, le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian a annoncé que seuls les vols "extrêmement prioritaires" d’A400 M en opérations seront autorisés.

 

Analyse des boites noires

La durée de ces immobilisations devrait dépendre des résultats de l’enquête de la Guardia Civil espagnole. Aidée de spécialistes d’Airbus envoyés sur place hier, celle-ci devra expliquer pourquoi l’A400M s’est écrasé à quelques encablures de l’aéroport, lors d'un vol d’essai, après avoir heurté une ligne à haute tension.

L’analyse des boîtes noires de l’appareil, retrouvées dimanche matin, devrait permettre d’y voir plus clair. 

 

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles