Nucléaire iranien : Washington arme ses alliés

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le président américain Barack Obama, à la Maison Blanche à Washington, le 30 septembre 2013 [Saul Loeb / AFP]

Les Etats-Unis veulent rassurer leurs alliés. Dans la nuit de mercredi à jeudi, le Pentagone a ­annoncé le feu vert de l’administration américaine à de nouvelles ventes d’armes à l’Arabie Saoudite et à Israël.

 

Ces deux contrats comptent pour un montant avoisinant les deux milliards de dollars chacun (environ 1,8 milliard d’euros). Celui signé avec Tel-Aviv prévoit notamment des dispositifs sophistiqués comme 4 500 kits de guidage GPS pour équiper des bombes et 700 pour équiper des bombes de perforation de bunkers. Il comprend également des bombes classiques, des bombes anti-bunkers, des missiles anti-chars Hellfire et 250 missiles air-air. Si, officiellement, il s’agit de reconstituer des stocks, la raison de cette transaction pourrait être plus diplomatique.

Faire face à la montée de l’Iran Ces transactions interviennent alors qu’Israël et l’Arabie Saoudite ont fait part de leurs craintes quant à l’influence grandissante de l’Iran au Moyen-Orient. Des inquiétudes renforcées par la possibilité d’un accord sur le nucléaire iranien, incluant notamment la levée des sanctions ­financières qui pèsent sur Téhéran.

 

Influence grandissante de l’Iran au Moyen-Orient

Jeudi, plusieurs médias israéliens, parmi lesquels le quotidien Haaretz, assuraient que Washington souhaitait étendre son aide militaire à Israël pour «compenser» cet accord, et le faire accepter par le Premier ministre Benyamin Netanyahou, un de ses plus grands détracteurs.

Vous aimerez aussi

La chancelière allemande Angela Merkel, lors de la Conférence de sécurité de Munich, le 16 février 2019 [Christof STACHE / AFP]
Diplomatie Merkel appelle au désarmement, Pékin, Moscou et Washington freinent
Réunion au siège du Comité international olympique à Lausanne, entre le CIO et des responsables nord et sud-coréens en vue d'une équipe coréenne unifiée aux JO de Tokyo-2020, le 15 février 2019  [SALVATORE DI NOLFI / POOL/AFP]
Diplomatie JO : les deux Corées se rapprochent pour 2020 et rêvent à 2032
Diplomatie Crise franco-italienne : l'ambassadeur de France repart «aujourd'hui» à Rome

Ailleurs sur le web

Derniers articles