Burundi : dialogue suspendu après l'assassinat d'un opposant

M. Feruzi a été abattu par balles samedi soir avec un de ses gardes du corps (Image d'illustration).[Jennifer Huxta / AFP]

Les leaders du mouvement de la contestation contre un troisième mandat du président burundais Pierre Nkurunziza ont annoncé dimanche "suspendre" le dialogue initié avec le gouvernement, après l'assassinat la veille à Bujumbura du chef d'un petit parti d'opposition.

 

Condamnant "un acte ignoble", la Coordination de la campagne contre le troisième mandat "suspend sa participation au dialogue, encore en phase préliminaire, initié par le Menub (bureau des Nations unies pour les élections) entre le gouvernement du Burundi et les différents acteurs socio-politiques", selon un communiqué transmis à l'AFP. La Coordination s'est dit  "consternée" et a "condamné avec la dernière énergie" l'assassinat de Zedi Feruzi, Président de l'UPD", dans ce communiqué.

M. Feruzi a été abattu par balles samedi soir avec un de ses gardes du corps alors qu'il rentrait à son domicile dans le quartier de Ngarara. "Cet acte ignoble intervient quelques jours seulement après des informations parvenues aux responsables de la campagne qui faisaient état d'un plan d'élimination physique de certains de ses leaders ainsi que de l'exposition publique de leurs corps pour faire peur aux manifestants", selon les leaders du mouvement anti-Nkurunziza. "Face à cet acte de provocation, la Coordination (...) suspend sa participation au dialogue, encore en phase préliminaire, initié par le Menub (bureau des Nations unies pour les élections) entre le gouvernement du Burundi et les différents acteurs socio-politiques", ajoute le texte.

 

Contestation populaire

M. Feruzi était "un des leaders du mouvement" contre le troisième mandat, et il avait appelé mardi, lors de manifestations dans le quartier de Musaga, "tous les Burundais à s'unir" pour obtenir le retrait de la candidature de M. Nkurunziza, rappelle le communiqué.

Le pays connaît depuis un mois un vaste mouvement de contestation populaire contre le président Pierre Nkurunziza, au pouvoir depuis 2005 et candidat à un troisième mandat à la présidentielle du 26 juin. Des manifestations ont lieu quasi quotidiennement, émaillées de nombreux heurts avec la police, avec près de 25 morts en quatre semaines. Vendredi soir, l'explosion de trois grenades lancées dans la foule par des inconnus en plein centre ville de Bujumbura avaient fait trois morts et plusieurs dizaines de blessés.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles