Syrie : Daesh multiplie les assauts contre la ville d'Hassaké

Daesh tente de prendre le contrôle de la ville-clé d'Hassaké en Syrie. (Photo d'illustration)[Al-FurqanMedia/AFP]

Les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) livrent ce vendredi 5 juin de violents combats à l'armée de Bachar al-Assad pour tenter de prendre le contrôle d'Hassaké, une importante capitale provinciale de Syrie. La chute de cette ville constituerait un important revers pour le régime syrien.

 

Après avoir perdu plusieurs villes au profit des rebelles notamment dans le nord du pays ces derniers mois, l'armée du régime ne cesse de larguer des barils d'explosifs sur les territoires tenus par les insurgés, tuant en 48 heures près 100 civils dont 20 enfants, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

 

Une ville clé

Depuis le 30 mai, l'EI tente à coups d'assauts et d'attentats suicide de s'emparer de Hassaké, chef-lieu de la province éponyme située dans le nord-est du pays. Le contrôle de cette ville est partagé pour le moment entre le régime et les forces kurdes.

Son éventuelle chute donnerait à l'EI le contrôle d'une deuxième capitale provinciale après celle de Raqa (nord), son bastion. La capitale provinciale d'Idleb (nord-ouest) échappe aussi au régime mais elle est aux mains du Front Al-Nosra, la branche syrienne d'Al-Qaïda, et de rebelles syriens.

 

Combats acharnés

Le conflit en Syrie a été déclenché en mars 2011 par la répression sanglante d'une révolte pacifique qui s'est ensuite militarisée plongeant le pays dans la guerre civile. Profitant du chaos, des groupes jihadistes se sont emparés de vastes régions.

Responsable d'atrocités et fort de dizaines de milliers de combattants, l'EI contrôle désormais la moitié du territoire syrien ainsi que de vastes régions en Irak voisin.

Vendredi, "des combats acharnés se poursuivent entre forces du régime et l'EI aux abords sud de Hassaké, l'armée de l'air bombardant violemment les positions jihadistes", selon l'OSDH. Les quartiers à la périphérie sud sont tenus par l'armée "qui continue de mobiliser" des renforts, a affirmé à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH.

 

Déplacement des familles

Selon des militants, des familles se sont déplacées vers les quartiers kurdes, dans le nord et l'ouest, par peur des tirs.

Depuis le début de la bataille de Hassaké, au moins 130 personnes ont péri selon l'ONG: 71 côté régime et 59 jihadistes dont 11 kamikazes à bord de voitures piégées, arme de prédilection de l'EI.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles