Grèce : Tsipras promet des mesures concrètes jeudi

Le Premier ministre grec Alexis Tsipras. [THIERRY CHARLIER / AFP]

La Grèce a adressé mercredi à la zone euro une nouvelle demande d'aide financière, au lendemain de l'ultimatum lancé par les dirigeants européens qui ont fixé à dimanche la date butoir pour un accord devant éviter une sortie du pays de la monnaie unique.

 

A la tribune du Parlement européen à Strasbourg, le Premier ministre grec Alexis Tsipras s'est dit confiant que son pays répondrait aux attentes de ses créanciers. "J'espère que nous allons réussir ces prochains jours à répondre à ce que qu'exige la situation, dans l'intérêt de la Grèce et de la zone euro", a-t-il assuré alors que la zone euro réclame des réformes "crédibles", susceptibles de débloquer une nouvelle aide financière au pays dont les caisses sont vides ou presque.

"Ne laissons pas l'Europe se diviser", a plaidé le chef du gouvernement grec, répondant aux déclarations alarmistes de ses partenaires qui évoquent désormais sans tabou le "scénario noir" du Grexit, la sortie de la Grèce de l'Union monétaire, aux répercussions imprévisibles. "Nos propositions pour financer nos obligations et restructurer notre dette ne pèseront pas sur les contribuables européens", a promis Alexis Tsipras, accueilli dans l'hémicycle sous les applaudissements des uns et les huées des autres.

 

Nouvelle demande d'aides

La zone euro, l'un des principaux créanciers d'Athènes, va à présent étudier la nouvelle demande que la Grèce lui a adressée mercredi, portant, selon une source européenne, sur un nouveau programme d'aide en échange de réformes sur trois ans.

Mais la requête d'Athènes devra être assortie d'un plan de réformes "crédibles, complètes, efficaces" afin d'éviter le Grexit, qui "serait un échec terrible (...) un échec collectif", avait averti mardi le commissaire européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici.

Le "programme complet" promis par Alexis Tsipras devra être envoyé à ses partenaires avant jeudi minuit, puis examiné par les créanciers et soumis aux ministres des Finances de la zone euro convoqués samedi.  Si les institutions, puis les ministres, estiment qu'il s'agit d'une base suffisante, les dirigeants européens peuvent officiellement donner le coup d'envoi des négociations sur ce nouveau programme d'aide dimanche, lors d'un sommet exceptionnel à 28 à Bruxelles. Dans le cas contraire, cette réunion pourrait se transformer en sommet de crise. 

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles