Algérie : 22 morts dans des violences communautaires

Signe de la gravité des événements, le président Abdelaziz Bouteflika a convoqué mercredi une réunion d’urgence.[FAROUK BATICHE / AFP]

Véhicules incendiés, jeunes cagoulés, barricades improvisées... La région de Ghardaïa, dans le sud de l’Algérie, a été durant ces deux derniers jours le théâtre de heurts violents entre Arabes et berbères Mozabites. Des violences communautaires qui ont fait au moins vingt-deux morts, et des centaines de blessés.

 

Signe de la gravité des événements, le président Abdelaziz Bouteflika a convoqué mercredi une réunion d’urgence avec le premier ministre, le vice-ministre de la défense nationale, et le chef d’état-major de l’armée, à l’issue de laquelle il a ordonné l’intervention des militaires. Selon les médias algériens, la situation s’était quelque peu calmée ce jeudi, suite à ces mesures de sécurité. Mais un climat de tension régnait toutefois dans les rues quasi vides.

Si la cause de ces violences étaient encore inconnue, de nombreux différends, notamment d’ordre foncier, opposent depuis longtemps Arabes et Berbères dans cette région, où ils cohabitent pourtant depuis des siècles.  

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles