Turquie : au moins 30 morts dans un attentat à la frontière syrienne

L'explosion a eu lieu dans un centre culturel de la ville de Suruç en Turquie. [DICLE NEWS AGENCY / AFP]

Au moins 30 personnes ont été tuées lundi 20 juillet dans un attentat suicide dans la ville turque de Suruç, toute proche de la frontière syrienne. L'attaque pourrait avoir été commise par l'Etat islamique. 

 

L'explosion s'est produite dans le jardin d'un centre culturel de Suruç, qui fait face à la ville syrienne de Kobané d'où les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) ont été chassés en janvier après quatre mois d'intenses combats face aux milices kurdes de Syrie.

Un responsable du bureau du Premier ministre turc fait état de 30 morts. Il y aurait également une centaine de blessés. 

Selon ce même responsable, l'attentat suicide a été perpétré par Daesh

 

Deuxième attaque de l'autre côté de la frontière

Peu après l'explosion de Suruç, un barrage de sécurité établi par les milices kurdes a été la cible d'une attaque à la voiture piégée. "Un kamikaze a fait exploser un véhicule piégé à un point de contrôle dans le sud de Kobané. Deux combattants kurdes ont été tués par l'explosion", a déclaré à l'AFP Rami Abdel Rahman, le directeur de l'OSDH (Observatoire syrien des droits de l'Homme).

Cette attaque quasi-simultanée côté syrien "renforce nos suspicions" envers le groupe Etat islamique, a indiqué à l'AFP le responsable turc.

 

Une ville qui accueille des réfugiés

La ville de Suruç accueille des milliers de réfugiés Kurdes de Syrie qui ont quitté la région de Kobané lors de l'offensive lancée par les combattants l'Etat islamique en septembre dernier.

Cette attaque et les violents combats qui ont suivi pendant quatre mois ont provoqué l'exode de quelque 200.000 personnes vers la Turquie voisine. Selon les autorités locales turques, seuls environ 35.000 Syriens ont regagné leur pays depuis la fin de la bataille.

 

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles