Germanwings : cérémonie en hommage aux victimes

La cérémonie en mémoire des 150 victimes du crash a débutée à 15h00. [JEAN-PIERRE CLATOT / AFP]

Un hommage aux victimes du crash d'un A320 de la compagnie allemande Germanwings, il y a exactement quatre mois dans les Alpes-de-Haute-Provence, a été rendu vendredi au Vernet, en présence de leurs familles et d'habitants de cette région rurale.
   

La cérémonie, présidée par l'évêque de Digne Jean-Philippe Nault, sous une grande tente ouverte, dressée devant la stèle à la mémoire des 150 victimes du crash, a débuté vers 15H00, en présence de quelque 200 personnes. Au pied du monument, avaient été déposés des bouquets de fleurs et de petits galets portant des inscriptions en signe de souvenir.

La presse était tenue très à l'écart, à plusieurs centaines de mètres. Les proches des victimes sollicités par l'AFP n'ont pas souhaité s'exprimerA l'initiative du maire du Vernet, des villageois dont la vie a été bouleversée par le crash, le 24 mars, avaient été invités

 

"Marquer son respect"

"Le crash, c'est dramatique", s'est ému Jean-Marcel, un septuagénaire qui a tenu à venir pour "marquer son respect" aux victimes. Mais au Vernet, "la vie va reprendre son cours" malgré le drame, poursuit-il.

Arrivés peu après 14H00 à bord d'une dizaine de cars, sous une pluie battante, les membres des familles présents devaient ensuite se rendre au cimetière de la commune où ont été inhumés jeudi soir des restes non identifiés de victimes, dans plusieurs coffrets.

 

Plusieurs restes de victimes non identifiés

"L'inhumation a eu lieu dans la nuit au cimetière du Vernet, en toute discrétion", a déclaré à l'AFP Bernard Bartolini, maire de Prads-Haute-Bléone, l'une des communes voisines du drame. "C'est une tombe commune, collective. Pour les familles de victimes, c'est un deuxième enterrement, car elles ont déjà enterré les parties du corps de leur proche, identifiées par ADN. Il n'y a pas d'autre solution que de le faire de manière collective et groupé. Cela va être pénible pour les familles", a expliqué pour sa part le maire du Vernet, François Balique.

     
Cent cinquante personnes, dont 72 Allemands et 50 Espagnols, ont péri dans l'accident de l'Airbus de Germanwings, filiale à bas coûts du groupe Lufthansa, qui reliait Barcelone à Düsseldorf. Selon les enquêteurs, l'appareil a été délibérément précipité au sol par son copilote allemand, Andreas Lubitz, qui avait souffert dans le passé de graves troubles psychologiques.

 

Relations tendues avec la Lufthansa

La cérémonie, vendredi, a eu lieu alors que les relations sont tendues entre la Lufthansa et les proches des victimes, sur la question des indemnisations. Ceux-ci ont décliné l'offre de 25.000 euros par victime proposée par la compagnie, réclamant au moins 100.000 euros, a indiqué le 18 juillet leur avocat, dans une lettre rendue publique en Allemagne.

Conséquence: le patron de Lufthansa, Carsten Spohr, n'était pas présent au Vernet vendredi. "A cause de l'atmosphère tendue, causée ces derniers jours par la lettre ouverte, Carsten Spohr ne se rendra pas à la cérémonie de mémoire au Vernet. Il ne veut pas perturber une cérémonie digne avec cette question", avait indiqué un porte-parole de Lufthansa à l'AFP.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles