Ebola : résultats "prometteurs" en vue d'un vaccin

Le magazine britannique Lancet va publier à 14h00 des "résultats prometteurs" sur des tests pour un vaccin anti-Ebola. [AFP/Archives]

Le magazine britannique Lancet va publier à 14H00 (12H00 GMT) des "résultats prometteurs" sur des tests pour un vaccin anti-Ebola en cours en Guinée, a déclaré vendredi Margaret Chan, directrice générale de l'OMS (Organisation mondiale de la santé).

 

Ces résultats, qui sont "encourageants et prometteurs", vont "changer la gestion de la crise Ebola" s'ils se confirment, a déclaré Mme Chan sans vouloir donner plus de détails. L'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest, la plus grave depuis l'identification du virus en Afrique centrale en 1976, était partie en décembre 2013 du sud de la Guinée.

Elle a fait plus de 11.200 morts pour quelque 27.700 cas, selon l'OMS. Plus de 99% des victimes se concentrent en Guinée, en Sierra Leone et au Liberia, où la maladie a désorganisé les systèmes de santé, ravagé les économies et fait fuir les investisseurs.

 

Plusieurs vaccins en phase de test

Les deux vaccins les plus avancés contre le virus Ebola sont actuellement testés en Afrique

Il s'agit du VSV-ZEBOV mis au point par l'Agence de la santé publique du Canada et dont la licence est détenue par les laboratoires américains NewLink Genetics et Merck. Il fait actuellement l'objet de tests sur le terrain en Guinée.

L'autre vaccin, développé par la firme britannique GSK avec l'Institut américain des allergies et des maladies infectieuses (NIAID), est testé depuis février au Liberia.

 

Les réactions de l'ONU

De son côté, le secrétaire général de l'ONU, M. Ban ki-Moon, a dissous vendredi la Mission de l'ONU pour l'action d'urgence contre l'Ebola (MINUAUCE). L'OMS reprend le contrôle complet de l'épidémie et va développer ses capacités de riposte pour tenir compte des critiques.

Dans un communiqué, Ban Ki-moon a affirmé que des progrès considérables ont été accomplis dans la lutte contre Ebola. La Mission de l'ONU a atteint son principal objectif en développant la réponse sur le terrain, a-t-il dit

 

"Nous avons reconnu que nous aurions pu faire mieux"

Pour sa part, Margaret Chan a également tiré les leçons de l'épidémie Ebola, lors de sa conférence de presse, en exposant un plan de réformes en six points destiné à renforcer la capacité de réponse en cas d'alerte sanitaire.

"Nous avons reconnu que nous aurions pu faire mieux. Nous avons été trop lents. Nous avons saisi cette occasion pour renforcer nos mécanismes de riposte", a déclaré le Dr Chan.

Le Dr David Nabarro, chargé de la coordination de la lutte anti-Ebola, a indiqué pour sa part qu'un groupe de 19 experts, qu'il préside, a tenu sa première réunion mardi dernier. Ce groupe rendra ses conclusions en janvier.

 

Bilen de l'épidemie

L'épidémie a infecté 27.748 personnes et causé la mort de 11.279 d'entre elles depuis l'an dernier en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone. Au cours des 21 derniers jours, 39 nouveaux cas ont été enregistrés en Guinée, 20 en Sierra Leone et trois au Libéria.

Mercredi, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) s'est félicitée que le nombre d'infections hebdomadaires par le virus ait atteint son plus bas niveau depuis plus d'un an en Afrique de l'Ouest.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles