Hollande condamne l'attentat de Bagdad

Le dernier bilan fait état de plus de 50 morts. [AHMAD AL-RUBAYE / AFP]

François Hollande a condamné "de la façon la plus ferme le terrible attentat" de jeudi matin à Bagdad, revendiqué par l'organisation Etat islamique (EI), qui a fait "plus de 50 morts et 200 blessés".

 

"Le chef de l'Etat s'est entretenu aujourd'hui en fin d'après-midi avec le Premier ministre irakien, M. Haider al-Abadi", a annoncé l'Elysée dans un communiqué. "Il lui a fait part de son soutien et a adressé ses condoléances aux familles des victimes". "Le Président de la République a réaffirmé la solidarité de la France dans la lutte contre Daech et a appelé à la poursuite et à l'intensification de la mobilisation internationale", précise le communiqué.

L'attentat, commis vers 06H00 (03H00 GMT), a dévasté un marché de fruits et légumes à un moment de grande affluence dans le quartier chiite de Sadr City. Il s'agit de l'un des attentats les plus sanglants de ces derniers mois dans la capitale irakienne. L'EI, qui avait déjà revendiqué lundi des attaques ayant fait 33 morts au nord de Bagdad, a salué dans un communiqué jeudi une "opération bénie qui a permis aux soldats de l'Etat islamique de faire exploser un camion piégé" à Sadr City.

Les attentats comme celui de Sadr City attisent les tensions en Irak et la colère de la communauté chiite, majoritaire dans ce pays. Il survient alors que le chef d'état-major de l'armée américaine sortant, le général Raymond Odierno, a estimé que la réconciliation en Irak devenait de plus en plus difficile et qu'une partition "pourrait être la seule solution" pour mettre fin à la difficile cohabitation entre les principales communautés du pays.

 

Vous aimerez aussi

Des membres de la minorité yazidie en Irak cherchent des preuves pouvant leur permettre de retrouver des proches disparus ou tués par le groupe Etat islamique (EI), dans un charnier près du village de Sinuni, dans la région de Sinjar (nord-ouest), le 3 février 2015 [Safin HAMED / AFP/Archives]
Conflit Daesh a laissé derrière lui plus de 200 charniers en Irak, selon l'ONU
Culture Irak : religion et poésie en harmonie
Prix Nobel Prix Nobel de la Paix : quand Nadia Murad racontait son calvaire d'esclave sexuelle de Daesh

Ailleurs sur le web

Derniers articles