Bangkok : la Thaïlande demande l'aide d'Interpol

L'attentat perpétré dans un lieu très fréquenté a fait 20 morts et plus de 120 blessés. [CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP]

La Thaïlande, pas certaine que le principal suspect de l'attentat de lundi à Bangkok se trouve toujours sur son territoire, va demander jeudi l'aide d'Interpol pour retrouver cet "étranger" aperçu sur les images de vidéosurveillance.

 

Mercredi en fin de journée, un mandat d'arrêt a été émis et un portrait-robot diffusé de l'homme soupçonné d'avoir déposé la bombe devant le sanctuaire d'Erawan, en plein centre de Bangkok. L'attaque a tué 20 personnes et blessé plus de 120 autres. Jeudi matin, 67 personnes étaient toujours hospitalisées dont 12 dans un état grave.

"Nous allons demander l'aide d'Interpol aujourd'hui (jeudi)", a déclaré à l'AFP le général de division Apichart Suriboonya, chef de l'unité d'Interpol en Thaïlande, qui a précisé qu'il ne savait pas si le suspect avait déjà fui le pays. Le pays va demander à Interpol de diffuser une "notice bleue", qui servent à recueillir des informations complémentaires sur l'identité, l'origine ou les activités des personnes.

 

Mandat d'arrêt

Deux jours après l'attaque, qui n'a pas été revendiquée, la police n'a en effet pas réussi à identifier cet homme vu sur les images de caméras de surveillance. "Nous avons reçu beaucoup d'informations du public depuis la diffusion du portrait-robot du suspect et nous étudions ces pistes", a déclaré à l'AFP le porte-parole de la police Prawut Thavornsiri.

D'après le mandat d'arrêt, cet "étranger non identifié", grand, à la peau claire, portant des lunettes à monture noire, est soupçonné d'"assassinat" et d'avoir "participé à la confection d'une bombe. Le principal suspect a été entendu parlant une langue étrangère, mais "pas l'anglais". Pour le décrire, le porte-parole de la police a utilisé mercredi soir un terme thaï désignant généralement des musulmans au teint clair originaires d'Asie du Sud, d'Asie centrale ou du Moyen-Orient.

 

Deux autres suspects, plus de 10 personnes impliquées

La police a indiqué qu'il pourrait faire partie d'un "réseau" et deux autres hommes filmés par les caméras de vidéosurveillance avant l'explosion sont soupçonnés de l'avoir aidé. D'après les images, ces deux hommes se trouvent sur les lieux de l'explosion en même temps que le principal suspect. L'un des deux est assis sur le banc et laisse sa place au principal suspect qui dépose ensuite son sac. Le troisième homme est debout devant le banc. Les trois quittent les lieux quelques minutes avant l'explosion, qui est la "pire attaque" jamais commise sur le sol thaïlandais, d'après le chef de la junte Prayut Chan-O-Cha, au pouvoir depuis 2014 après un coup d'Etat.

Jeudi matin, le chef de la police nationale Somyot Poompanmoung déclarait par ailleurs que "cette explosion a été préparée par des équipes" ajoutant qu"il croyait  "que ce réseau a des liens avec des gens en Thaïlande... plus de 10 personnes ont été impliquées"

 

 

Vous aimerez aussi

Une adolescente thaïlandaise est installée dans un cercueil du Café de prise de conscience de la mort à Bangkok, le 30 mars 2018   [LILLIAN SUWANRUMPHA / AFP]
Thaïlande Au café de la mort de Bangkok, le client s'allonge dans un cercueil
Thaïlande Le Premier ministre thaïlandais se fait remplacer par son effigie en carton
Thaïlande Une famille zimbawéenne bloquée depuis deux mois à l’aéroport de Bangkok

Ailleurs sur le web

Derniers articles