Qui est Deez Nuts, l’ado candidat à la présidentielle américaine ?

Avec un aplomb incroyable, un adolescent de 15 ans a faire croire aux sondeurs qu'il était candidat à la présidentielle.[CC / John Fischer / Flickr]

Surfant sur un trait d'humour populaire aux Etats-Unis, Brady Olson, 15 ans, alias «Deez Nuts», ou «Ces bourses» démontre qu'il est possible de briguer la Maison Blanche sous un pseudonyme improbable. Dans l'État de Caroline du Nord, l'adolescent est crédité de 9% des intentions de vote par un sondage.

 

Le pseudonyme « Deez Nuts » - « Ces bourses » en français - est inspiré d'une série de série de canulars téléphoniques qui, au printemps, avaient beaucoup amusé les internautes. Désormais, il fait mouche dans les sondages de la présidentielle américaine de 2016, réjouissant le jeune garçon de 15 ans à l’origine de cette blague. Pourtant l’âge requis pour devenir président des Etats-Unis est fixé à 35 ans.

Tout a commencé le 26 juillet, quand Brady Olson, 15 ans, s’est présenté sous un faux nom comme candidat indépendant auprès de la Commission fédérale des élections. « Le fait que j'aie pu remplir un formulaire (de candidature) aussi vague, qui ne réclame même pas de renseigner votre âge (...) montre que n'importe qui peut se présenter », a-t-il confié au magazine Rolling Stone. Il y déclarait s'appeller monsieur Nuts et habiter au 2248 de la 450th Avenue à Walliford, dans l'Iowa. 

Avec un aplomb incroyable, Brady Olson a ensuite contacté les instituts de sondage. Dans un mail adressé au Public Policy Polling, il écrit tout simplement: « Je m'appelle Deez Nuts. Je suis candidat. Voilà mon formulaire de candidature. Pourriez-vous m'inclure dans vos sondages ? » Evidémment, personne ne connait son visage. Mais des goodies électoraux ont commencé à essaimer aux quatre coins du pays.

 

9% face à Hillary Clinton

L'adolescent qui vit toujours chez ses parents et qui s'apprête à rentrer en classe seconde s’est rapidement retrouvé intégré aux sondages effectués par l’institut.  Le nom « Deez Nuts » n'a pas été inclus dans la liste classique des candidats, précise ce dernier, mais dans la question suivante : « Si les candidats à l'élection étaient Hillary Clinton pour les démocrates, Donald Trump pour les républicains et Deez Nuts comme indépendant, pour qui voteriez vous ? ». En Caroline du Nord, 40% ont choisi Donald Trump, 38% Hillary Clinton, 9% Deez Nuts et 12% restent indécis.

« Nous ne savions pas alors qu'il s'agissait d'un adolescent de quinze ans. Nous avons vu la déclaration officielle de candidature. Si c'était suffisant pour la FEC, ça l'était aussi pour nous » s’est défendu l’institut. Sauf que cette ascension insolite a de quoi faire pâlir d'envie certains candidats aguerris mais relégués en bas des sondages dans une course ou le nombre d'aspirants est pléthorique. Mieux, selon Google Trends, les requêtes sur « Deez Nuts » sont aujourd'hui plus nombreuses que celles concernant la favorite, Hillary Clinton.

 

Dans une interview accordée au magazine Rolling Stone, Brady Olson a raconté s'être lancé dans ce canular « à moitié pour briser le système bipartite, à moitié par frustration envers les principaux candidats ».

Les Américains sont habitués des candidatures iconoclastes. En 2012, l’anarchiste Vermin Supreme avait promis un poney à chacun de ses électeurs. Pour le scrutin de l’année prochaine, d’improbables Rocky Balboa et Jack Sparrow ont fait acte de candidature. Enfin Limberbutt McCubbins, un chat du Kentucky, se présente aux primaires des démocrates. Au total, une soixantaine de personnes auraient déposé une candidature farfelue.

Vous aimerez aussi

Donald Trump Tout savoir sur Hope Hicks, la directrice de la communication de la Maison Blanche qui vient de démissionner
Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a balayé les accusation américaine d'ingérence russe dans la campagne présidentielle de 2016, le 17 février à Munich (Allemagne) lors de la conférence annuelle sur la sécurité. [Thomas KIENZLE / AFP]
Présidentielle américaine «Baratin», «fantasme» : Moscou balaie les accusations d'ingérence électorale
Etats-Unis Oprah Winfrey n'a pas l'intention de se présenter à la présidentielle américaine

Ailleurs sur le web

Derniers articles