Petit Syrien noyé : "mes enfants m'ont glissé des mains", raconte le père

Le corps d'un enfant migrant mort noyé, sur une plage de Bodrum, au sud de la Turquie, après le naufrage d'un bateau transportant des réfugiés, le 2 septembre 2015 [STR / DOGAN NEWS AGENCY/AFP]

Le père d'un enfant syrien de trois ans mort noyé au large de la Turquie, dont les images ont horrifié le monde entier, a raconté jeudi que ses fils lui avaient "glissé des mains" lorsque l'embarcation qui les conduisait en Grèce a chaviré.

 

"Nous avions des gilets de sauvetage mais le bateau a subitement chaviré parce que des gens se sont levés. Je tenais la main de ma femme. Mais mes enfants m'ont glissé des mains", a raconté Abdallah Shenu à l'agence de presse Dogan. Douze réfugiés syriens qui tentaient de rejoindre l'île grecque de Kos, porte d'entrée vers l'Union européenne (UE), sont morts dans la nuit de mardi à mercredi au large de la station balnéaire turque de Bodrum (sud-ouest). 

Parmi eux figuraient Aylan, trois ans, dont les images du corps gisant sur la plage, relayées par les réseaux sociaux et la presse, ont suscité une vague d'émotion et d'indignation dans le monde entier. Son frère Ghaleb, cinq ans, et leur mère, Rihanna, 27 ans, se sont également noyés.

 

"Il faisait noir et tout le monde criait"

"Il faisait noir et tout le monde criait. C'est pour ça que ma femme et mes enfants n'ont pas pu entendre ma voix. J'ai essayé de nager jusqu'à la côte grâce aux lumières mais je n'ai pas pu retrouver ma femme et mes enfants une fois à terre", a expliqué M. Shenu, "je suis allé à l'hôpital et c'est là que j'ai appris la mauvaise nouvelle".

L'homme, originaire de la ville kurde de Kobané (nord de la Syrie), a également indiqué à Dogan avoir vainement tenté une première fois de rallier la Grèce avec sa famille, leur bateau ayant été intercepté par les garde-côtes grecs.

 

Vous aimerez aussi

La jeune Eleny Ramirez, née aux Etats-Unis, embrasse sa grand-mère Atanacia Carvete lors des retrouvailles familiales de 18 enfants d'origine mexicaine vivant aux Etats-Unis, dans la localité de leurs parents, Teopantlan, au Mexique, le 19 juillet 2018 [PEDRO PARDO / AFP]
Société De New York à un village mexicain, parcours inversé pour des enfants de clandestins
Belle histoire En mer avec Open Arms, le joueur de NBA Marc Gasol raconte le sauvetage d'une migrante miraculée
Drame Au moins 16 morts dans le naufrage d'une embarcation de migrants au large de Chypre-Nord

Ailleurs sur le web

Derniers articles