A la frontière autrichienne, sous la pluie, en pleine nuit

Des autobus remplis de migrants se dirigent depuis Budapest vers la frontière austro-hongroise à Hegyeshalom, tôt samedi 5 septembre 2015 [PETER KOHALMI / AFP] Des autobus remplis de migrants se dirigent depuis Budapest vers la frontière austro-hongroise à Hegyeshalom, tôt samedi 5 septembre 2015 [PETER KOHALMI / AFP]

"Ca y est, on est en Autriche?" Sales, épuisés mais joyeux, 400 hommes, femmes et enfants, souvent venus de pays en guerre, ont enfin pu quitter la Hongrie peu accueillante, traversant la frontière à pied, sous la pluie, de nuit.

 

La nouvelle était tombée vendredi soir: l'Autriche et l'Allemagne, au vu de la "situation d'urgence", acceptent de recevoir les milliers de migrants échoués en Hongrie.

La situation devenait intenable pour les autorités hongroises débordées: plus de 50.000 migrants sont arrivés pour le seul mois d'août en Hongrie. Une centaine de bus ont donc été mobilisés pour acheminer les infortunés vers l'Autriche, et pour certains ensuite l'Allemagne, espoirs d'un avenir meilleur.

Dans la soirée, la gare de Budapest-Keleti a résonné d'une déclaration en arabe, hurlée au mégaphone: "Le gouvernement hongrois met à votre disposition des cars gratuits pour vous emmener à la dernière ville avant la frontière" autrichienne.

Remue-ménage dans la "zone de transit", labyrinthe sale et chaotique d'abris de fortune installé dans le hall de la gare, foyer de milliers de migrants et de réfugiés de Syrie, d'Afghanistan, du Pakistan, d'Irak et d'une cinquantaine d'autres pays. Certains y ont passé des jours, d'autres des semaines. "Prenez toute votre nourriture et votre eau, il n'y aura rien dans les bus", dit l'homme au mégaphone.

 

"Je n'ai pas confiance"

 

Des migrants dorment dans les bus qui les emmènent de Budapest vers la frontière austro-hongroise près du village de Hegyeshalom, le 5 septembre 2015 [PETER KOHALMI / AFP]
Photo
ci-dessus
Des migrants dorment dans les bus qui les emmènent de Budapest vers la frontière austro-hongroise près du village de Hegyeshalom, le 5 septembre 2015
 

 

Mohammed, 26 ans, vient de Damas, en Syrie dévastée par quatre ans de guerre civile. "Je n'ai pas confiance", lâche-t-il à propos des autorités hongroises. "J'avais mis tout mon argent dans un billet de train pour Munich (Allemagne) la semaine dernière, quand la police a dit que je pouvais y aller. Mais je l'ai déchiré, par colère, lorsqu'ils m'ont empêché d'accéder au train".

Il se dépêche néanmoins de rassembler ses maigres possessions - un petit sac à dos, deux tee-shirts, un livre, une paire de baskets de rechange et son téléphone. "Je n'ai rien pu garder de propre ici. Lorsque j'allais dans un magasin, je voyais dans leurs yeux qu'ils pensaient que je n'étais qu'un sale Arabe de plus", explique-t-il. "J'avais plus d'affaires mais le passeur en Turquie m'a dit que je ne pourrai pas monter dans le bateau si je ne les laissais pas".

Devant la gare, une soixantaine de cars se remplissent rapidement. A 01H37 (23H37 GMT vendredi), l'étrange convoi escorté par la police s'ébranle dans les rues obscures de la capitale hongroise.

Des passants sourient, agitent la main, prennent des photos. Certains semblent déconcertés. Un groupe de fans de football fait un doigt d'honneur et hurle "Gitans! Gitans! Partez!".

Des autobus emmènent des migrants de Budapest vers la frontière austro-hongroise, le 5 septembre 2015 [ATTILA KISBENEDEK / AFP]
Photo
ci-dessus
Des autobus emmènent des migrants de Budapest vers la frontière austro-hongroise, le 5 septembre 2015
 

 

"La plupart des Hongrois sont biens, certains m'ont beaucoup aidé. C'est à ceux-là que je m'intéresse (...) pas aux autres", confie Yaman, un étudiant d'Alep (Syrie), une des plus vieilles villes du monde aujourd'hui détruite.

Lorsque le car traverse le Danube, il se rappelle un chauffeur de taxi qui lui avait parlé du grand fleuve. "Il l'appelait le Douna, il avait raison, c'est magnifique".

La plupart des passagers s'endorment dès que le convoi quitte la ville, couchés par terre, un sac ou une bouteille comme oreiller, l'air épais de l'odeur des corps non lavés.

 

"Impossible de dormir à la gare"

"C'était impossible de dormir correctement à Keleti", dans la gare, selon Houman, 65 ans, enveloppé dans une fine couverture, qui évoque "les lumières, les voitures de police, les hommes qui parlent, les bébés qui pleurent, le sol froid", sans "rien pour me couvrir".

Soudain, à une heure de Budapest, les gyrophares de dizaines de voitures de police déchirent la nuit. Le car freine en grinçant, réveillant ses passagers qui se massent aux fenêtres.

C'est le groupe de 1.200 migrants partis à pied vendredi midi de Keleti vers l'Autriche. Plusieurs dizaines de bus sont garés là, en train de les embarquer. Ce n'est qu'en apprenant qu'un premier convoi avait atteint la frontière que les marcheurs, échaudés par l'expérience hongroise, ont accepté de monter à bord.

La crise des migrants [I. Vericourt / A.Bommenel / AFP]
Photo
ci-dessus
La crise des migrants
 

 

En fin de nuit, les 400 premiers migrants passeront la frontière au poste de Nickelsdorf, marchant jusqu'au village autrichien éponyme où les attend la Croix-Rouge et d'où un train spécialement affrété doit les emmener à Vienne. De là, un autre train est prévu pour Munich, dans le sud de l'Allemagne.

Jusqu'à 3.000 infortunés sont attendus dans la matinée en Autriche.

Vous aimerez aussi

Drame Au moins 16 morts dans le naufrage d'une embarcation de migrants au large de Chypre-Nord
Des migrants débarquent dans le port de Pozzallo, le 19 juin 2018 en Sicile [Giovanni ISOLINO / AFP/Archives]
Immigration Italie : les 450 migrants ont tous débarqué
Immigration Migrants : Salvini veut «des garanties» pour faire accoster un navire italien

Ailleurs sur le web

Derniers articles