Syrie : 26 morts dans un double attentat à la voiture piégée

Des voitures calcinées après un attentat suicide à Lattaquié, le 13 août 2015, en Syrie [ / SANA/AFP/Archives] Des voitures calcinées après un attentat suicide à Lattaquié, le 13 août 2015, en Syrie [ / SANA/AFP/Archives]

Vingt-six personnes ont péri vendredi dans un double attentat à la voiture piégée dans le sud de la Syrie, dont un dignitaire druze hostile au régime de Bachar al-Assad et aux extrémistes islamistes, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

 

"Le nombre de victimes des attentats à la voiture piégée en périphérie de Soueida vendredi est monté à 26 morts, dont un important cheikh druze. Quelque 50 autres personnes sont blessées", a déclaré Rami Abdel Rahmane, directeur de l'ONG, qui faisait initialement état de huit morts.

"Cheikh Wahid al-Balous a été tué dans un attentat à la voiture piégée alors qu'il conduisait dans la périphérie de la ville de Soueida", a-t-il indiqué.

Une deuxième voiture piégée a explosé près de l'hôpital où les blessés avaient été transportés, dans le quartier de Dahr al-Jabal. Soueida est le fief de la minorité druze qui représente environ 3% de la population syrienne.

"Cheikh al-Balous était le chef du groupe 'Les cheikhs de la dignité', qui s'est donné pour mission de protéger les zones druzes en Syrie", a indiqué à l'AFP Malek Abou Kheir, un journaliste de Soueida qui connaissait Balous.

Ce groupe, la plus puissante milice de la région, a combattu le Front al-Nosra, la branche syrienne d'Al-Qaïda, dont les membres ont tenté de s'infiltrer dans la province de Soueida, ainsi que l'autre groupe jihadiste Etat islamique (EI).

Le cheikh s'était opposé à ce que les recrues de l'armée syrienne originaires de Soueida soient envoyées combattre hors de la province, et s'est élevé à plusieurs reprises à la fois contre les groupes jihadistes et contre le régime du président syrien Assad, a-t-il ajouté.

Sa mort a provoqué des émeutes à Soueida, où des manifestants ont détruit une statue de Hafez al-Assad, précédent président syrien et père défunt de l'actuel dirigeant, selon l'OSDH.

"Des dizaines de manifestants se sont rassemblés devant des institutions gouvernementales (...) Ils ont brûlé des voitures et des coups de feu ont été entendus dans la ville", a précisé M. Abdel Rahmane, décrivant des troubles nocturnes "considérables" dans une ville jusque-là largement épargnée les violences de la guerre syrienne.

Selon lui, "c'est un soulèvement des partisans de Balous, car ils pensent que le régime l'a tué".

 

"Combattre avec courage le terrorisme"

Le Conseil des ministres syriens a condamné les "explosions terroristes ayant visé Soueida, tuant et blessant des citoyens innocents", a rapporté l'agence officielle Sana. "Le peuple syrien ne cèdera pas devant ces actes lâches et continuera à combattre avec courage le terrorisme", selon un communiqué officiel.

Quelques jours avant la mort de M. Balous, les habitants de Soueida avaient manifesté pour demander plus de services de base au gouvernement, notamment de l'eau et de l'électricité, un rassemblement que le dignitaire assassiné avait soutenu, selon des proches.

Le chef de la communauté druze au Liban voisin, Walid Jumblatt, a accusé le régime Assad du meurtre, dans un message posté sur Twitter. "Mes condoléances à Cheikh Wahid al-Balous et ses compagnons, qui ont été assassinés par le régime de Bachar al-Assad", a-t-il écrit.

Le chef des druzes syriens, Cheikh Youssef Jarboua, a de son côté accusé "les ennemis de la nation" de l'attaque.

La communauté druze a été divisée depuis le début de la guerre en Syrie il y a plus de quatre ans, certains combattant aux côtés des forces du régime, d'autres ayant pris fait et cause pour les rebelles.

Des milliers de Druzes ont refusé de faire leur service militaire et pris les armes pour défendre leurs territoires.

Issus du chiisme et plus particulièrement de l'ismaélisme, les druzes pratiquent une religion ésotérique qui relève à la fois du mysticisme musulman et de la pensée coranique. Leur doctrine secrète n'est révélée qu'aux initiés.

 

Vous aimerez aussi

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé mercredi le lancement "dans les prochains jours" d'une nouvelle offensive en Syrie contre des milices kurdes [ADEM ALTAN / AFP/Archives]
Moyen-orient Syrie : Erdogan annonce une offensive imminente contre les milices kurdes
Un médecin soigne une femme dans un hôpital d'Alep, le 24 novembre 2018 [George OURFALIAN / AFP]
Moyen-orient Syrie : la Russie bombarde des rebelles après une attaque au «chlore» à Alep
Conflit Syrie : 43 morts, en majorité des civils, dans des raids de la coalition anti-Daesh

Ailleurs sur le web

Derniers articles