Inondations au Japon : les secours s'activent, 25 disparus à Joso

Des policiers à la recherche de disparus lors des inondations le 11 septembre 2015 à Joso au Japon [KAZUHIRO NOGI / AFP] Des policiers à la recherche de disparus lors des inondations le 11 septembre 2015 à Joso au Japon [KAZUHIRO NOGI / AFP]

Les secours s'activaient vendredi à Joso, ville de l'est du Japon où l'on déplore 25 disparus et des centaines de personnes bloquées depuis jeudi après le débordement soudain d'une rivière en furie.

 

Un autre cours d'eau a aussi envahi vendredi matin une cité plus au nord à la suite de pluies diluviennes, qui ont fait au moins trois morts dans l'Archipel.

Quelque 5.800 soldats, policiers et pompiers ont été dépêchés dans les zones inondées, a expliqué le porte-parole du gouvernement vendredi, alors que 500 sauveteurs ont continué à oeuvrer toute la nuit, selon la chaîne de télévision publique NHK.

A Joso, le ballet des hélicoptères des pompiers, des gendarmes, de l'armée et des télévisions a repris au-dessus de la rivière Kinugawa, qui est sortie de son lit, lâchant une déferlante sur une partie de l'agglomération de 65.000 habitants située à une soixantaine de kilomètres au nord de Tokyo.

Quelque 25 personnes étaient portées disparues vendredi à la mi-journée, dont un enfant de 8 ans selon la chaîne NHK, et sept autres ont été blessées d'après un fonctionnaire de la préfecture d'Ibaraki, Hiroaki Tachi.

"Nous faisons de notre mieux pour sauver les personnes, et continuons de demander à nos administrés de rester vigilants", a ajouté ce responsable interrogé par l'AFP.

Des habitants au milieu des décombres dans une rue inondée le 11 septembre 2015 à Joso au Japon [KAZUHIRO NOGI / AFP]
Photo ci-dessus
Des habitants au milieu des décombres dans une rue inondée le 11 septembre 2015 à Joso au Japon
 

Par ailleurs, vendredi matin, une autre rivière a débordé à Osaki, dans la préfecture de Miyagi, sur tout un quartier où un ordre d'évacuation a été émis pour les 1.000 habitants, d'après un responsable local.

Les télévisions ont montré des images de Joso et Osaki sous les eaux, qui montent parfois jusqu'au premier étage des pavillons de bois. Sur d'autres plans, des résidents désolés marchaient dans 50 centimètres d'eau dans les rues des localités sinistrées.

Plus de 100.000 personnes de la région ont reçu l'ordre d'évacuer leur maison alors que la pluie, qui a cessé à Tokyo plus au sud, devait encore tomber violemment sur la région du Tohoku (nord-est) vendredi, selon les prévisions de l'Agence nationale de météorologie.

Des alertes de niveau maximum restent en vigueur sur ces régions qui avaient déjà terriblement souffert du tsunami meurtrier du 11 mars 2011.

Pour éviter de faire encourir des risques à ses ouvriers de la région, le constructeur d'automobiles Toyota a suspendu la production dans trois usines des préfectures sinistrées de Miyagi et Iwate plus au nord.

Le passage de plusieurs typhons a entraîné de très fortes précipitations sur une large partie de l'archipel depuis une semaine.

La perturbation cyclonique appelée Kilo est cette fois responsable des violentes précipitations qui s'abattent sur le Tohoku (nord-est) ce vendredi.

Kilo se déplace actuellement au-dessus du Pacifique à l'est du Japon, en direction du nord, selon l'Agence nationale de météorologie.

 

Vous aimerez aussi

Les photos du chef d'Etat russe remportent un franc succès.
succès Au Japon, le calendrier de Vladimir Poutine fait un carton
Faits divers Japon : 42 blessés dans l'explosion d'un restaurant
Carlos Ghosn pendant un programme d'informations diffusé sur un écran à Tokyo le 20 novembre 2018 [Toshifumi KITAMURA / AFP/Archives]
Japon Carlos Ghosn mis en examen pour dissimulation de revenus

Ailleurs sur le web

Derniers articles