Egypte : démission du gouvernement

Le président égyptien Abdel Fatah al-Sissi à Sharm el-Sheikh en Egypte, le 13 mars 2015 [Brian Snyder / Pool/AFP/Archives] Le président égyptien Abdel Fatah al-Sissi à Sharm el-Sheikh en Egypte, le 13 mars 2015 [Brian Snyder / Pool/AFP/Archives]

Le président égyptien Abdel Fatah al-Sissi a chargé samedi Chérif Ismaïl, ministre du Pétrole dans le gouvernement démissionnaire, de former un nouveau cabinet d'ici une semaine, a annoncé un communiqué de la présidence.

 

La décision de confier cette tâche à Chérif Ismaïl a été annoncée moins d'une heure après l'annonce par la présidence de la démission du gouvernement d'Ibrahim Mahlab sans en préciser les raisons. Un haut responsable a indiqué à l'AFP sous couvert de l'anonymat que le remaniement avait pour but "de donner un nouvel élan" au gouvernement après un scandale de corruption.

Lundi, le ministre de l'Agriculture Salah Helal a été arrêté au Caire, juste après avoir été contraint à la démission par le président, pour son rôle dans une affaire de corruption au sein de son administration. M. Helal et son chef de cabinet sont soupçonnés d'avoir "demandé et reçu" des pots-de-vin de la part de l'homme d'affaires Ayman al-Gamil --par le biais d'un intermédiaire-- pour "légaliser" l'acquisition de terrains appartenant à l'Etat, selon les autorités.

Malgré cette affaire et après plus d'un an de service, le président égyptien a tenu à saluer les "efforts accomplis par M. Mahlab et son équipe durant cette période difficile de l'histoire du pays". M. Mahlab, un cacique du parti de Hosni Moubarak renversé en 2011 à la suite d'une révolte populaire, avait été nommé au poste de Premier ministre début 2014. Sa démission intervient à quelques semaines des élections législatives qui doivent débuter le 17 octobre, un scrutin que de nombreux observateurs jugent joué d'avance.

 

Vous aimerez aussi

Politique Européennes : Emmanuel Macron entre en campagne pour la dernière ligne droite
Le chancelier autrichien Sebastian Kurz s'exprime devant le bureau de son parti ÖVP à Vienne le 20 mai 2019 [ROLAND SCHLAGER / APA/AFP]
Politique Autriche: à l'agonie, la coalition droite-extrême droite se déchire
Les primo-votants ont du mal à s’intéresser aux Européennes
Politique Les primo-votants ont du mal à s’intéresser aux Européennes

Ailleurs sur le web

Derniers articles