Vidéo : séisme de magnitude 8,3 au Chili

Des personnes évacuées dans la rue le 16 septembre 2015 à Santiago au Chili en raison d'un puissant séisme [ALEJANDRO RUSTON / AFP] Des personnes évacuées dans la rue le 16 septembre 2015 à Santiago au Chili en raison d'un puissant séisme [ALEJANDRO RUSTON / AFP]

Un million de personnes ont été évacuées en raison d'une alerte au tsunami déclenchée après un violent séisme mercredi soir dans le centre du Chili, le "plus fort à l'échelle mondiale pour 2015", qui a fait au moins cinq morts et un disparu.

 

Une grande partie des personnes évacuées ont été transférées vers les zones plus élevées des villes côtières. 

"Nous déplorons le décès de cinq citoyens chiliens", deux femmes et trois hommes (..) "Nous évaluons le nombre d'évacués à un million de personnes", a indiqué dans la nuit de mercredi à jeudi le sous-secrétaire du ministère de l'Intérieur, Mahmoud Aleuy.

M. Aleuy a précisé que l'état de catastrophe avait été décrété pour la province de Choapa, où se situe l'épicentre du séisme d'une magnitude de 8,3 selon l'Institut américain de géologie (USGS).

 

"Il s'agit du sixième tremblement de terre le plus puissant de l'histoire du Chili, et du plus fort pour 2015 à l'échelle mondiale", a souligné le responsable du ministère. 

La Marine chilienne a lancé une alerte au tsunami pour l'ensemble des côtes du pays, bordé par l'océan Pacifique. L'ordre d'évacuation des habitants des villes côtières était maintenu dans la nuit, à l'exception des régions de Los Lagos, Aysen et Magallanes, dans le sud.

L'île de Pâques, à 3.750 kilomètres au large, devait elle aussi être évacuée, tandis qu'une alerte au tsunami était émise dans le Pacifique, côté asiatique, concernant surtout la Polynésie française.

En Amérique centrale, le Nicaragua a décidé, par précaution, d'évacuer pendant quelques heures mercredi soir 18.000 habitants de 83 communes de la côté Pacifique, a indiqué un porte-parole du gouvernement. Ils ont tous été autorisés à regagner leurs maisons peu avant minuit, selon plusieurs médias locaux. 

Sur la côte du Chili, des grandes vagues ont atteint le centre de plusieurs villes, dans la région de Coquimbo où a eu lieu le séisme et dans celle de Valparaiso, à 120 kilomètres à l'ouest de la capitale, selon des images de la télévision.

"Même s'il y a bien eu un tsunami, les dernières séries de vagues sont en diminution, mais nous savons qu'il peut y avoir des répliques et donc nous devons continuer à évaluer minute par minute la situation", a déclaré la présidente Michelle Bachelet.

Les classes ont été suspendues dans les communes côtières de la région centre-nord, la plus touchée par le séisme, et quelque 245.000 familles étaient privées d'électricité au niveau national.

Le tremblement de terre a été enregistré à 19H54 (22H54 GMT), non loin d'Illapel, ville de 31.000 habitants située à une cinquantaine de km du littoral où une dizaine de personnes ont été blessées, où plusieurs maisons se sont effondrées et où l'électricité a été coupée.

L'USGS a situé l'épicentre à 230 kilomètres au nord de Santiago, près d'Illapel.

Une vingtaine de répliques, dont certaines très fortes, continuaient à être recensées dans la nuit de mercredi à jeudi, maintenant les habitants sur le qui-vive.

   

'Tout a bougé !'

Le séisme a provoqué à Santiago, la capitale de 6,6 millions d'habitants, un vaste mouvement de panique, des milliers d'habitants déferlant dans les rues, a constaté un journaliste de l'AFP.

"Nous sommes sortis de notre immeuble et tout a commencé à bouger très fort", a raconté Pablo Cifuentes, un habitant, à la radio Cooperativa.

"Les gens couraient dans tous les sens, nous ne savions pas vers où courir", a raconté Gloria Navarro, résidant à La Serena, dans le nord du pays, où un centre commercial a été fortement endommagé, mais dont plusieurs dizaines de personnes ont pu sortir à temps.

La secousse a été ressentie jusqu'à Buenos Aires, à 1.400 kilomètres de là, où les bâtiments ont tremblé, de même que l'éclairage public.

"Nous avons commencé à paniquer, l'immeuble n'arrêtait pas de bouger", a témoigné auprès de l'AFP Celina Atrave, 65 ans, habitant dans une tour de 25 étages dans le quartier de Balvanera, près du centre-ville.

"Tout a bougé dans l'appartement ! Heureusement que l'immeuble est antisismique. Tous les voisins, nous sommes descendus, effrayés, mais tout va bien", a écrit sur son profil Facebook Maria Fernanda Mejia, auteur de livres pour enfants, qui vit dans le sud de Buenos Aires.

Le séisme a également été ressenti dans plusieurs régions de l'Argentine, comme Catamarca et Tucuman (nord), Mendoza (ouest) et Cordoba (centre).

La Polynésie française a été placée en "vigilance" dans l'archipel des Marquises, qui pourraient être affectées par des vagues légèrement supérieures à un mètre, selon le laboratoire de géophysique basé à Tahiti. Aucune alerte tsunami n'a été lancée.

Le Chili est situé sur ce que les géologues appellent la ceinture de feu du Pacifique, où l'activité sismique est particulièrement intense, et est donc bien préparé à ce genre d'éventualités.

En février 2010, un séisme de magnitude 8,8 suivi d'un tsunami avait ravagé des villages entiers du littoral du centre-sud du Chili, faisant 523 morts et 24 disparus, et causant pour 30 milliards de dollars de dégâts.

Vous aimerez aussi

Chili : l'armée sauve une baleine de 9 mètres échouée sur la plage
sauvetage Chili : l'armée sauve une baleine de 9 mètres échouée sur la plage
Chili: l'art de voir avec les mains
Art Chili : l'art de voir avec les mains
La présence de l'évêque Juan Barros aux côtés du Pape François, ici à Lobitos Beach le 18 janvier 2018, avait faot scandale au Chili [Vincenzo PINTO / AFP/Archives]
Église Le pape lâche trois évêques chiliens dont son ex-protégé Juan Barros

Ailleurs sur le web

Derniers articles