Deux passeurs syriens arrêtés aux Pays-Bas

Des enfants réfugiés syriens font la queue pour recevoir de la nourriture, le 17 septembre 2015 à Edirne, à la frontière entre la Turquie et la Grèce [BULENT KILIC / AFP] Des enfants réfugiés syriens font la queue pour recevoir de la nourriture, le 17 septembre 2015 à Edirne, à la frontière entre la Turquie et la Grèce [BULENT KILIC / AFP]

Deux Syriens soupçonnés d'avoir organisé le passage clandestin vers l'Europe de l'Ouest de centaines de migrants syriens ont été interpellés à Eindhoven, dans le sud des Pays-Bas, a annoncé vendredi le Parquet néerlandais.

 

Le principal suspect dans cette affaire, 35 ans, organisait le transport des migrants via un réseau international. Durant l'enquête, qui a duré un an, "il a eu des milliers de contacts téléphoniques avec des co-suspects", a indiqué le parquet, selon lequel les deux hommes ont été interpellés vendredi passé, le 11 septembre. Le deuxième homme arrêté, 26 ans et neveu du précédent, "réalisait toutes sortes de tâches, comme par exemple recruter des réfugiés, potentiels clients, en Hongrie et en Autriche".

Le passage de la Méditerranée depuis la Turquie vers l'Italie ou la Grèce coûtait 7.000 euros. Le transport depuis l'Italie, la Grèce, la Hongrie ou l'Autriche, en bus ou en voiture, vers les Pays-Bas, l'Allemagne, le Danemark ou la Suède, coûtait initialement 700 euros. Ces derniers mois, alors que l'afflux de migrants aux portes de l'Europe a augmenté de manière exponentielle, le transport à travers l'Europe est passé à 1.500 euros, selon le parquet.

 

Les migrants devaient payer en liquide

"Les passeurs avaient à disposition des endroits fixes, à Milan, Athènes, Vienne et Budapest, où les réfugiés restaient (en attendant leur départ, ndlr)", a précisé la même source. Les migrants devaient payer en liquide. Une première partie de la somme était payée avant le départ tandis que l'autre l'était à l'arrivée. L'argent était transféré aux Pays-Bas via un "banquier clandestin". De l'argent en liquide était également confié à un membre de la famille, une femme, résidant à Eindhoven. Elle a également été interpellée, mais a depuis été remise en liberté dans l'attente d'autres résultats de l'enquête.

Les passeurs ont longtemps réussi à rester en dehors du collimateur de la police en utilisant des voitures de location et en changeant régulièrement de téléphones et de numéros de téléphone. Les deux suspects arrêtés aux Pays-Bas résidaient dans la maison de l'homme de 26 ans. Lors de la perquisition à Eindhoven et à d'autres adresses, des ordinateurs, des téléphones mobiles et des documents d'identité, notamment, ont été saisis. Le suspect principal avait des contacts très réguliers avec un homme de 27 ans arrêté plus tôt ce mois-ci à Budapest.

 

Vous aimerez aussi

Photo prise le 9 décembre 2018 montrant le lieu où se tiendra la conférence de l'ONU sur les migrations, à Marrakech, au Maroc [FADEL SENNA / AFP]
ONU Le Pacte de Marrakech formellement approuvé
Le navire humantaire Aquarius, le 15 août 2018 à Senglea, à Malte [Matthew Mirabelli / AFP/Archives]
Migrants MSF et SOS Méditerranée doivent «mettre un terme» aux activités de l'Aquarius
tensions Le Mexique expulse 98 migrants centraméricains ayant tenté d'entrer de force aux Etats-Unis

Ailleurs sur le web

Derniers articles