Le Parlement japonais adopte des lois de défense controversées

Le Premier ministre japonais, Shinzo Abe (G) et son chef de cabinet Yoshihide Suga (D), le 18 septembre 2015 [TOSHIFUMI KITAMURA / AFP] Le Premier ministre japonais, Shinzo Abe (G) et son chef de cabinet Yoshihide Suga (D), le 18 septembre 2015 [TOSHIFUMI KITAMURA / AFP]

Le Parlement japonais a approuvé dans les premières heures de samedi des lois de défense qui permettraient l'envoi pour la première fois depuis la Seconde guerre mondiale de soldats dans un conflit à l'étranger.

 

Les sénateurs ont voté en séance plénière ces textes donnant une nouvelle interprétation de la Constitution pacifiste du pays, après des débats houleux et alors que la foule manifestait devant le Parlement. Le président du Sénat Masaaki Yamazaki, a annoncé l'adoption par 148 voix pour et 90 contre.

Pour ceux qui s'y opposent, ces textes, censés permettre au Japon d'intervenir pour défendre un allié, vont à l'encontre du renoncement à la guerre inscrit dans l'article 9 de la Charte fondamentale imposée en 1947 par les Etats-Unis. Selon ses détracteurs, cette nouvelle lecture de la Constitution pourrait précipiter le pays aux côtés des Américains dans des guerres au bout du monde. Mais le Premier ministre de droite Shinzo Abe affirme qu'une évolution légale est nécessaire face aux menaces grandissantes venant de Chine et de Corée du Nord.

M. Abe estime qu'il s'agit d'une normalisation de la situation militaire du Japon, limité depuis la fin de la guerre à l'autodéfense et à des missions d'aide humanitaire ou logistique.

Des dizaines de milliers de personnes sont descendues dans les rues au cours de manifestations quasi quotidiennes contre ces lois ces dernières semaines, une mobilisation d'une ampleur rare dans l'archipel. Scène exceptionnelle aussi dans un Parlement japonais à l'atmosphère habituellement feutrée, des sénateurs en étaient venus aux mains jeudi avant d'approuver en commission cette législation proposée par le gouvernement de M. Abe.

Vous aimerez aussi

Deux ninjas font une démonstration de leur art de combat, lors du festival annuel des ninjas à Iga, en 2007.
Insolite La ville japonaise Iga en pénurie de ninjas
Le Premier ministre japonais Shinzo Abe (C), le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker (G) et le président du Conseil européen Donald Tusk (D) tout sourires après la signature d'un accord de libre-échange, à Tokyo le 17 juillet 2018 [Koji Sasahara / POOL/AFP]
Diplomatie Dans un «message» à Trump, UE et Japon signent un vaste accord commercial
Fête nationale Défilé du 14 juillet : qui sont les pays invités et pourquoi ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles