Victoire indépendantiste en Catalogne : casse-tête avant les législatives en Espagne

Un homme déguisé en super-héros aux couleurs du drapeau catalan, le 27 septembre 2015 alors que les indépendantistes fêtent leur victoire à Barcelone [Jorge Guerrero / AFP] Un homme déguisé en super-héros aux couleurs du drapeau catalan, le 27 septembre 2015 alors que les indépendantistes fêtent leur victoire à Barcelone [Jorge Guerrero / AFP]

Même sans majorité des voix, les indépendantistes ont remporté une victoire aux élections régionales en Catalogne, qui pose un énorme défi au gouvernement conservateur de Mariano Rajoy, à trois mois des législatives en Espagne.

 

Le camp des séparatistes catalans, qui avait voulu transformer ces élections en plébiscite sur l'indépendance, a remporté dimanche 72 sièges sur 135, la majorité absolue au parlement régional, mais en voix, avec 47,8% des suffrages, il n'aurait pas gagné un référendum.

C'est aussi la conclusion du Parti populaire de Mariano Rajoy, qui en fait une lecture très littérale: "La majorité de la Catalogne a rejeté l'indépendance".

Une phrase tranchant avec l'euphorie des partisans de "Junts pel si" (Ensemble pour le oui) et de la CUP, les deux listes indépendantistes arrivées en tête en Catalogne.

Sur une place de Barcelone, face à l'ancien marché couvert du Born près de 2.000 personnes ont dansé dans la joie jusqu'à minuit.

 

'Légitimes' pour lancer le processus indépendantiste

Artur Mas, le président régional sortant, et son allié sur la liste Oriol Junqueras, chef de la Gauche républicaine de Catalogne (ERC), s'étaient auparavant succédé à la tribune pour célébrer la victoire, estimant être "légitimes" pour lancer le processus indépendantiste.

Le président de la Catalogne Artur Mas (d) et le leader de la liste "Ensemble pour le oui", Raul Romeva (g), fêtent le 27 septembre 2015 à Barcelone leur victoire aux élections régionales [Jorge Guerrero / AFP]
Photo ci-dessus
Le président de la Catalogne Artur Mas (d) et le leader de la liste "Ensemble pour le oui", Raul Romeva (g), fêtent le 27 septembre 2015 à Barcelone leur victoire aux élections régionales
 

La tête de liste "d'Ensemble pour le oui", Raul Romeva, a encore enfoncé le clou, dans un entretien avec l'AFP. "Nous avons un mandat qu'il faut mettre en oeuvre. S'il y a négociation avec l'Etat espagnol, tout sera plus facile. Mais en l'absence de volonté de la part de l'Etat, nous le ferons aussi, la proclamation (d'indépendance) aura lieu".

Pendant ce temps, le chef de l'autre liste indépendantiste, avec laquelle M. Mas devra s'accorder pour que sa coalition parvienne au pouvoir, invitait à la "désobéissance".

"A partir de demain, les Catalans peuvent et doivent désobéir à la législation", a déclaré Antonio Baños, en appelant les habitants de la région à ne pas appliquer "les lois injustes pour les classes sociales catalanes".

Mais, dans les faits, les indépendantistes n'ont pas obtenu une majorité forte, avec 1,9 million de voix sur quatre.

Et Mariano Rajoy de son côté a prévenu qu'il ne tolérerait aucun acte unilatéral illégal.

Cette semaine, le parlement doit d'ailleurs adopter une réforme urgente du tribunal constitutionnel qui lui permettra de suspendre de leurs fonctions les autorités - comme M. Mas - qui ne respecteraient pas ses décisions, même provisoires.

"Cela crée une situation de très grande incertitude", a déclaré à l'AFP le directeur de l'institut de sondages GAD3, Narciso Michavila, réputé proche des conservateurs.

Des militants pro-indépendance manifestent leur joie le 27 septembre 2015 à Barcelone à l'annonce de leur victoire aux élections régionales [GERARD JULIEN / AFP]
Photo ci-dessus
Des militants pro-indépendance manifestent leur joie le 27 septembre 2015 à Barcelone à l'annonce de leur victoire aux élections régionales
 

"Je ne comprend pas la joie, les rires, et les célébrations de certains (...) après des résultats qui laissent la Catalogne, et l'Espagne dans une situation très difficile, une voie sans issue", a de son côté analysé le chef du parti de gauche radicale Podemos, Pablo Iglesias.

Ce professeur de sciences politiques a également déploré le "très décevant" résultat de la coalition "Catalogne oui c'est possible", dont sa formation fait partie.

 

Les yeux rivés sur les législatives

Lundi, les grands partis espagnols semblaient aussi analyser surtout les résultats avec les yeux rivés sur les législatives de décembre, sans trop s'attarder sur les Catalans, qui ont tout de même prouvé qu'ils sont profondément divisés.

Le parti des Ciudadanos, Albert Rivera (C), célèbre la victoire de sa formation, le 27 septembre 2015 à Barcelone  [CESAR MANSO / AFP]
Photo ci-dessus
Le parti des Ciudadanos, Albert Rivera (C), célèbre la victoire de sa formation, le 27 septembre 2015 à Barcelone
 

Dans la catégorie des gagnants, se trouve Ciudadanos, formation libérale née en 2006 en Catalogne justement pour s'apposer aux nationalistes catalans et à la corruption, a obtenu 25 sièges en forte hausse par rapport à 2012, lors du dernier scrutin.

Un résultat que son leader Albert Rivera espère exploiter au niveau national. A l'annonce des résultats, il a dénoncé la "vieille politique", incarnée notamment par le PP de M. Rajoy, qui s'est effondré (11 sièges contre 19).

L'opposition socialiste, prônant une réforme de la Constitution renforçant l'autonomie catalane, espère aussi tirer son épingle du jeu.

Son secrétaire général Pedro Sanchez est apparu en costume cravate, sur une tribune très présidentielle avec trois drapeaux (catalan, espagnol, européen) derrière lui pour appeler à "une époque de coexistence et de dialogue".

Au moins sur un point les indépendantistes ont emporté une victoire: ils seront au coeur du débat pour résoudre "la question catalane", qui hante la politique espagnole depuis près d'un siècle.

Les nationalismes vont dominer le débat, estime M. Michavila.

Vous aimerez aussi

Espagne L'homme qui voulait abattre le chef du gouvernement espagnol arrêté en Catalogne
Sébastien Loeb a décroché sa 79e victoire en WRC.
WRC Rallye : Sébastien Loeb triomphe en Catalogne, Ogier reprend la tête
L'ancien président catalan Carles Puigdemont à Bruxelles, le 25 septembre 2018 [JOHN THYS / AFP/Archives]
Espagne Un an après l'échec de la sécession, Carles Puigdemont revient à la charge

Ailleurs sur le web

Derniers articles