Le coming out militant d'un prêtre polonais

Pour ce prêtre polonais, "le clergé est largement homosexuel et aussi, malheureusement, homophobe jusqu'à la paranoïa car paralysé par le manque d'acceptation pour sa propre orientation sexuelle". [JOHANNES EISELE / AFP]

Alors qu'un synode sur la famille doit s'ouvrir dimanche à Rome, un prêtre polonais membre de de la Congrégation pour la doctrine de la Foi, a décidé de révéler son homosexualité.

 

Âgé de 43 ans, le père Krysztof Olaf Charamsa, né à Gdynia en Pologne a confié à deux journaux qu'il était en couple avec un autre homme. « Je sais que l'Eglise me verra comme quelqu'un qui n'a pas su remplir son devoir (de chasteté, ndlr), qui s'est perdu et qui plus est non pas avec une femme mais avec un homme !", s'exclamait-il.

Une annonce qui n'est pas restée sans conséquence comme s'en doutait le principal intéressé. « Je sais que je devrai renoncer à mon ministère, qui est pourtant tout ma vie », a-t-il confié au quotidien italien il Corriere della Sera. Peu après la publication de son témoignage par les journaux, le prêtre a en effet été suspendu par le Vatican. « Le choix de faire une déclaration aussi fracassante à la veille de l'ouverture du synode, apparaît très grave et irresponsable », a justifié le porte-parole du Saint-Siège.

 

« Un amour familial »

Le religieux souhaite faire évoluer les mentalités. D'après lui, "l'Eglise est en retard par rapport aux connaissances auxquelles est parvenue l'humanité". A quelques heures du synode, le père Krysztof Olaf Charamsa veut lancer un appel : il faut que « l'Eglise arrête ses actions paranoïaques à l'égard des minorités sexuelles ».

« Je voudrais dire au synode que l'amour homosexuel est un amour familial, qui a besoin de la famille. Chacun, et même les gays, les lesbiennes et les transsexuels, porte dans son cœur un désir d'amour et de famille », a-t-il ajouté.

Aujourd'hui, l'homme d'Eglise a le « sentiment de devenir un meilleur prêtre, de prononcer de meilleurs sermons, de mieux aider les autres et d'être de plus en plus heureux », a-t-il confié à la version polonaise de Newsweek.

 

À suivre aussi

Discrimination Google : le mot lesbienne ne propose plus en priorité des contenus pornographiques
Une infirmière prélève un donneur lors d'une campagne pour le don du sang en décembre 2017, à Tours [GUILLAUME SOUVANT / AFP/Archives]
Santé Don du sang : la période d'abstinence imposée aux homosexuels réduite d'1 an à 4 mois
Royaume-Uni Condamné de son vivant pour homosexualité, Alan Turing devient le nouveau visage des billets de 50 livres

Ailleurs sur le web

Derniers articles