L'ouragan Joaquin se rapproche des Bermudes, 4 morts aux Etats-Unis

Une femme traverse une rue inondée à Ocean City, dans le Maryland, le 3 octobre 2015 [JIM WATSON / AFP] Une femme traverse une rue inondée à Ocean City, dans le Maryland, le 3 octobre 2015 [JIM WATSON / AFP]

Une grande partie du sud-est des Etats-Unis était touchée dans la nuit de samedi à dimanche par des pluies torrentielles provoquées par l'ouragan Joaquin qui a fait quatre morts selon un bilan provisoire et devrait atteindre les Bermudes dimanche.

 

Rehaussé à la catégorie 4 sur une échelle qui en compte 5, Joaquin a causé la mort de quatre personnes aux Etats-Unis, dont trois en Caroline du Sud et a regagné en intensité samedi avec des vents atteignant jusqu'à 240 km/h.

Après avoir passé au-dessus des Bahamas et fait tomber des trombes d'eau sur Haïti et Cuba, Joaquin se trouvait à 21H00 GMT à 800 km au sud-ouest des Bermudes, selon le Centre national américain des ouragans (NHC).

L’oeil du cyclone pourrait atteindre l'ouest des Bermudes dimanche, a précisé le NHC.

La progression de la tempête vers les Bermudes a dégagé quelque peu les Bahamas où les garde-côtes recherchent, pour l'instant en vain, un cargo de 225 mètres, l'El Faro, disparu depuis jeudi avec 33 personnes à bord.

Plusieurs zones de l'archipel ont été dévastées, les maisons ont été détruites et de nombreux habitants n'ont plus d'électricité.

 

Pluies torrentielles

La bonne nouvelle que l'ouragan allait éviter de toucher directement la côte est des Etats-Unis et passer relativement loin au large n'a apporté qu'un bref répit aux autorités.

Une bonne partie du sud-est du pays et en particulier la Caroline du Sud fait face à des pluies torrentielles depuis plusieurs jours et elles ont déjà provoqué d'importantes inondations.

Le président Barack Obama a reconnu l'état d'urgence en Caroline du Sud et ordonné que les autorités fédérales apportent leur aide aux autorités locales jusqu'à nouvel ordre, selon un communiqué de la Maison Blanche publié samedi.

"Quelque 200 millions d'Américains sur toute la côte est sont placés sous alerte aux inondations ce samedi", souligne la chaîne de télévision NBC, qui prédit que le pire est encore à venir.

L'ouragan Joaquin le 2 octobre 2015 sur une image de l'Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique [ / NOAA/AFP]
Photo
ci-dessus
L'ouragan Joaquin le 2 octobre 2015 sur une image de l'Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique
 

 

"Les chutes de pluies en excès vont continuer samedi et samedi dans la nuit dans une bonne partie du sud-est des Etats-Unis. Des pluies cumulées de 13 à 25 centimètres, et plus élevées localement sont à attendre dans la majeure partie de la Caroline du Sud et les Etats avoisinants", a mis en garde la météorologie nationale sur son site internet.

De nombreux endroits dans et autour de Charleston, ville côtière touristique de Caroline du Sud avec un centre historique remontant au XVIIème siècle, sont aussi inondés, selon le site météo AccuWeather.com.

Une partie du centre-ville est interdit à la circulation, a indiqué la police de la ville sur son compte Twitter.

La gouverneure de l'Etat Nikki Haley a demandé aux automobilistes de ne pas prendre la route et a souligné que ce week-end offrait une parfaite occasion de rester chez soi.

"Nous nous attendons à des niveaux historiques de précipitations ce week-end", a-t-elle souligné dans un communiqué.

En Caroline du Nord, des habitants qui résident en bord de mer ont été évacués vers des zones plus élevées, selon les services d'urgence de l'Etat.

La compagnie ferroviaire Amtrak a interrompu une partie de son trafic sur le corridor sud-est ce samedi, selon un communiqué.

"Cette situation nous inquiète beaucoup", a déclaré Bill Martin, un météorologue des services de météo nationaux à la chaîne de télévision The Weather Channel. "Nous nous attendons à des niveaux de précipitations allant d'élevés à extrêmes dans les 48 heures", a-t-il souligné.

 

Pas de trace

Au large des Bahamas, les recherches ont également repris samedi pour tenter de retrouver le El Faro, en vain malgré d'importants moyens mis en oeuvre par les garde-côtes américains.

Ce grand roulier -- un peu moins long que le porte-avion nucléaire français Charles de Gaulle -- a à son bord 28 Américains et 5 Polonais.

Un communiqué de Tote Maritime Puerto Rico, propriétaire d'El Faro, ne faisait état d'aucun progrès dans les recherches en début d'après-midi samedi.

"Tote Maritime continue de travailler en étroite collaboration avec les garde-côtes américains et toutes les ressources disponibles pour localiser et rétablir la communication avec El Faro", a souligné Tim Nolan, le président de Tote Maritime Puerto Rico.

Une voiture de police tente de passer dans une rue inondée du centre de Charleston, en Caroline du Sud, le 3 octobre 2015 [MLADEN ANTONOV / AFP]
Photo
ci-dessus
Une voiture de police tente de passer dans une rue inondée du centre de Charleston, en Caroline du Sud, le 3 octobre 2015
 

 

Des vagues de six mètres attendues

Les garde-côtes utilisent des avions C-130 et un hélicoptère MH 60 Jayhawk. Deux bateaux devaient aussi se rendre sur zone.

Les vents et la pluie demeurent très forts, a précisé le porte-parole des garde-côtes. "Il faut sans doute s'attendre à des vagues de six mètres" sur la zone, a-t-il indiqué.

La tempête Erika a été la plus destructrice dans l'Atlantique jusqu'à présent cette année. Elle a fait en août une trentaine de morts et causé de nombreux dégâts en particulier sur la petite île de la Dominique.

 

Vous aimerez aussi

Le bord de mer à Mazatlan, dans l'Etat du Sinaloa, avant l'arrivée de l'ouragan Willa, le 22 octobre 2018 au Mexique [ALFREDO ESTRELLA                     / AFP]
Cyclone L'ouragan Willa, rétrogradé en catégorie 3, a touché les côtes mexicaines
Mexique L'ouragan Willa passe en catégorie 5
Le président américain Donald Trump (au centre), avec sa femme Melania à ses côtés et le gouverneur de Floride Rick Scott (à gauche) constatent les dégâts après le passage de l'ouragan Michael, à Lynn Haven, le 15 octobre 2018 [SAUL LOEB / AFP]
catastrophe naturelle Donald Trump en Floride et en Géorgie pour constater les dégâts de l'ouragan

Ailleurs sur le web

Derniers articles