Ankara : le bilan des attentats monte à 86 morts

Une double explosion s'est produite samedi matin à proximité de la gare d'Ankara (Turquie) avant une manifestation pacifiste contre la reprise des violences entre les forces de sécurité turques et les séparatistes kurdes dans le sud-est du pays. [AFP/Archives]

Les médias turcs rapportent qu'une double explosion s'est produite ce samedi matin près de la gare d'Ankara, la capitale turque, faisant de nombreux blessés. Un dernier bilan communiqué par le ministère de la Santé turc fait état de 86 personnes décédées.

 

Une double explosion s'est produite ce matin avant une manifestation pacifiste contre la reprise des violences entre les forces de sécurité turques et les séparatistes kurdes dans le sud-est du pays. 

Il y aurait 86 personnes décédées et 126 blessés selon un dernier bilan du ministère turc de la Santé. L'origine des explosions demeure pour le moment inconnue mais l'attentat a très probablement été commis par deux kamikazes, a déclaré le Premier ministre islamo-conservateur turc Ahmet Davutoglu.

"Il existe de fortes preuves montrant que cette attaque a été perpétrée par deux kamikazes", a affirmé M. Davutoglu devant la presse.

 

 

Erdogan condamne une "attaque haineuse"

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a condamné "l'attaque haineuse" qui a visé samedi des militants de l'opposition qui devaient participer à une manifestation pour la paix à Ankara, faisant au moins 30 morts et 126 blessés. "Je condamne fermement cette attaque haineuse contre notre unité et la paix de notre pays", a réagi M. Erdogan dans une déclaration publiée sur le site internet de la présidence.

"La détermination et la solidarité que nous allons montrer après cette attaque sera la réponse la plus forte et la plus significative au terrorisme", a-t-il ajouté. Peu après 10H00 (07H00 GMT), une double explosion a visé près de la gare d'Ankara des groupes de militants de gauche qui devaient participer à un rassemblement pour la paix, alors que des affrontements meurtriers ont repris depuis près de trois mois entre les forces de sécurité turques et les rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

"Quels que soient leur origine, leur explication, leur but ou leur nom, nous dénonçons tous les actes de terrorisme et toutes les organisations terroristes et nous devons nous réunir pour nous y opposer", a poursuivi l'homme fort du pays. "Comme tous les autres actes terroristes, l'attaque contre la gare d'Ankara vise notre unité, notre fraternité et notre avenir", a-t-il poursuivi, en promettant que ses auteurs seraient "retrouvés au plus vite" et "livrés à la justice". M. Erdogan a également demandé à tous les Turcs "d'agir de façon responsable" et de prendre position "contre le terrorisme, pas à ses côtés".

 

Manifestants en colère

En début d'après-midi, la police turque a tiré des coups de feu en l'air pour disperser des manifestants en colère qui tentaient de s'approcher des abords de la gare d'Ankara.

Ces manifestants, qui devaient participer dans l'après-midi sur le lieu de l'explosion à une manifestation pour la paix à l'appel de l'opposition de gauche, criaient "policiers assassins" lorsqu'ils ont été repoussés par les forces de l'ordre.

 

 

 

Vous aimerez aussi

Enes Kanter n'a jamais caché son hostilité envers le président turc.
Etats-Unis Le joueur NBA Enes Kanter accusé de terrorisme par la Turquie
Montage réalisé le 11 août 2018 montrant le président turc Recep Tayyip Erdogan (G) photographié à Ankara le 26 janvier 2018 et le président américain Donald Trump (D) à Washington le 30 juillet 2018 [ADEM ALTAN, SAUL LOEB / AFP]
tensions Syrie : Ankara pas «intimidé» par les menaces de Donald Trump
Le président turc Recep Tayyip Erdogan et le président américain Donald Trump [ADEM ALTAN, SAUL LOEB / AFP/Archives]
tensions Syrie : Donald Trump menace de «dévaster» l'économie de la Turquie si elle s'en prend aux Kurdes

Ailleurs sur le web

Derniers articles