Migrants : la Slovénie suspend son trafic ferroviaire avec la Croatie

Des migrants et réfugiés attendent de traverser la frontière entre la Slovénie et l'Autriche, le 21 septembre 2015 à Gornja Radgona, en Slovénie [Jure Makovec / AFP/Archives] Des migrants et réfugiés attendent de traverser la frontière entre la Slovénie et l'Autriche, le 21 septembre 2015 à Gornja Radgona, en Slovénie [Jure Makovec / AFP/Archives]

Les autorités slovènes ont suspendu vendredi les liaisons ferroviaires avec la Croatie voisine afin de se préparer à l'arrivée prévisible de nombreux migrants que Zagreb va rediriger vers la Slovénie après la décision de la Hongrie de leur fermer sa frontière à minuit (22H00 GMT), ont annoncé les chemins de fer slovènes.

 

"En raison de circonstances exceptionnelles, le trafic passager entre la Croatie et la Slovénie a été suspendu", indique la compagnie des chemins de fer slovènes sur son site internet. La compagnie précise que cette "réaction" à "la migration des réfugiés" a été prise "en coordination avec les pouvoirs publics".

Cet arrêt de la circulation des trains réguliers, en vigueur depuis le début de soirée, devrait s'accompagner de la mise en place de moyens de transports spéciaux dédiés au transit des migrants sur le territoire slovène puisque c'est vers ce petit pays de l'UE que la Croatie va rediriger les migrants qui ne pourront plus passer par la Hongrie.

Après la décision de Budapest de fermer aux migrants ses points de passage vers la Croatie, le gouvernement croate a annoncé qu'il allait créer, en coordination avec Ljubjana, un corridor vers la Slovénie, précisant que deux passages frontaliers routiers et un ferroviaire seraient spécialement organisés à cet effet.

La Hongrie a annoncé plus plus tôt dans la journée qu'elle allait fermer aux migrants sa frontière avec la Croatie à minuit, au lendemain de l'achèvement d'une nouvelle clôture, comme elle l'avait fait à la mi-septembre avec la Serbie.

La Slovénie avait déjà interrompu ses liaisons ferroviaires avec la Croatie en septembre, confrontée à un premier afflux de quelques milliers de migrants souhaitant se rendre en Europe occidentale.

 

 

Vous aimerez aussi

A l'appel des «Gilets noirs», plusieurs centaines de personnes se trouvaient à l'intérieur du T2 de Roissy pour dénoncer les expulsions des sans-papiers.
Migrants Roissy : des sans-papiers manifestent à l'aéroport Charles-de-Gaulle afin de dénoncer les expulsions
Donald Trump a déclaré qu’il souhaitait obliger les immigrants à apprendre l’anglais.
Etats-Unis Donald Trump souhaite obliger les immigrants à «apprendre l'anglais»
Fabrice Leggeri : "Le migrant n'est pas l'ennemi universel"
Interview Fabrice Leggeri : «Le migrant n'est pas l'ennemi universel»

Ailleurs sur le web

Derniers articles