Syrie : du gaz moutarde a été utilisé cet été lors de combats

Des combattants à bord d'un véhicule armé le 1er septembre 2015 à Marea [ZAKARIYA AL-KAFI / AFP/Archives] Des combattants à bord d'un véhicule armé le 1er septembre 2015 à Marea [ZAKARIYA AL-KAFI / AFP/Archives]

Du gaz moutarde a été utilisé cet été lors de combats en Syrie, a confirmé pour la première fois l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), qui, conformément à son statut, n'a désigné aucun responsable.

Les experts en armes chimiques ont conclu que ce gaz asphyxiant avait été utilisé le 21 août à Marea, une ville de la province d'Alep (nord). Un rapport encore confidentiel a été envoyé aux Etats membres de l'OIAC, qui doivent se réunir fin novembre. Des militants syriens et des ONG médicales avaient déjà affirmé fin août qu'une attaque à l'arme chimique avait touché des dizaines de personnes à Marea, où des combats opposaient des rebelles à des jihadistes du groupe Daesh.

Des patients soignés dans un hôpital d'Alep rattaché à Médecins sans Frontières avaient évoqué un obus de mortier dégageant "un gaz jaune" dans leur maison. Selon des militants présents sur place au moment des faits, plus de 50 obus avaient été tirés ce jour-là sur Marea par le groupe jihadiste.

Une colonne de fumée s'élève des faubourgs de Marea, près d'Alep, dans le nord de la Syrie, pendant des affrontements entre des rebelles et le groupe Etat islamique, le 1er septembre 2015  [Zakariya al-Kafi / AFP/Archives]
Photo
ci-dessus
Une colonne de fumée s'élève des faubourgs de Marea, près d'Alep, dans le nord de la Syrie, pendant des affrontements entre des rebelles et le groupe Etat islamique, le 1er septembre 2015
 

Les accusations de recours aux armes chimiques par Daesh se sont multipliées ces derniers mois en Irak comme en Syrie, où le groupe jihadiste occupe de vastes régions. Washington, Londres et Paris avaient également accusé en août le régime syrien d'avoir utilisé du gaz de chlore contre des rebelles. Le régime syrien est censé avoir détruit tout son arsenal chimique, aux termes d'un accord américano-russe de septembre 2013 qui lui a permis d'éviter des bombardements occidentaux - après, déjà, des accusations d'utilisation de chlore. Mais l'OIAC a conclu, en 2014, que du gaz de chlore avait été utilisé dans le conflit.

L'émissaire de l'ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, reçu par le ministre syrien des Affaires étrangères Walid Muallem le 1er novembre 2015 à Damas [- / SANA/AFP/Archives]
Photo
ci-dessus
L'émissaire de l'ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, reçu par le ministre syrien des Affaires étrangères Walid Muallem le 1er novembre 2015 à Damas
 

Déclenché en 2011 après la répression sanglante de manifestations réclamant des réformes, le conflit en Syrie est devenu complexe au fil des années, avec une multiplication des acteurs, locaux et étrangers, sur un territoire de plus en plus morcelé. Il a causé la mort de plus de 250.000 personnes et poussé à la fuite des millions de Syriens.

L'émissaire de l'ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, rendra compte mardi prochain au Conseil de sécurité des Nations unies des entretiens qu'il a eus à Damas, Moscou et Washington sur le conflit, dans le cadre d'initiatives pour lancer des discussions entre le régime syrien et son opposition, après quatre ans et demi de tueries, selon des diplomates. Sur le front, après une "violente offensive", le groupe jihadiste Jund al-Aqsa a délogé l'armée syrienne de Morek (centre), l'unique localité sur la stratégique autoroute reliant Alep à Hama aux mains des militaires, dont des "dizaines" ont été tués ou blessés, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Syrie [afp/ G. Handyside, gil/es/sim / AFP]
Photo
ci-dessus
Syrie
 

Jund al-Aqsa a crié victoire sur son compte Twitter mais une source militaire syrienne en a relativisé l'ampleur: "Des hommes armés sont entrés dans Morek mais ils ne s'en sont pas emparés et des combats violents se poursuivent. Les aviations syrienne et russe s'en occupent". Pour Jeff White, expert militaire auprès du Washington Institute, cette défaite "montre la faiblesse d'une proportion importante de l'armée dans les opérations offensives mais aussi défensives". Et dans l'est, à Boukamal (est), à la frontière irakienne, au moins 22 civils ont péri dans des bombardements aériens contre le groupe jihadiste, dont les auteurs ne sont pas identifiés, selon l'OSDH.

Alliée indéfectible du régime de Bachar al-Assad, la Russie, par la voix de son commandant des forces aériennes Viktor Bondarev, a annoncé le déploiement en Syrie de systèmes de missiles antiaériens pour protéger ses hommes. Outre les avions de la Russie et du régime syrien qui bombardent les rebelles et les jihadistes, des appareils de la coalition internationale conduite par les Etats-Unis mènent des raids en Syrie principalement contre Daesh.

Pour la seconde fois cette semaine, la Russie a annoncé avoir bombardé la région de Pamlyre (centre), un fief de Daesh, en précisant que les cibles visées étaient éloignées des sites historiques. Enfin, dans l'est du Liban, frontalier de la Syrie, au moins six religieux sunnite syriens ont été tués et cinq blessés dans un attentat-suicide à Aarsal.

Vous aimerez aussi

Un médecin soigne une femme dans un hôpital d'Alep, le 24 novembre 2018 [George OURFALIAN / AFP]
Moyen-orient Syrie : la Russie bombarde des rebelles après une attaque au «chlore» à Alep
Conflit Syrie : 43 morts, en majorité des civils, dans des raids de la coalition anti-Daesh
attaque au couteau Le tueur de Melbourne voulait rejoindre l'Etat islamique en Syrie

Ailleurs sur le web

Derniers articles