Serbie et Macédoine filtrent les migrants par nationalité

Une famille, parmi d'autres migrants, s'apprête à monter dans un train se dirigeant vers la Serbie après avoir passé la frontière gréco-macédonienne près de Gevgelija, en Macédoine, le 16 novembre 2015 [DIMITAR DILKOFF / AFP/Archives] Une famille, parmi d'autres migrants, s'apprête à monter dans un train se dirigeant vers la Serbie après avoir passé la frontière gréco-macédonienne près de Gevgelija, en Macédoine, le 16 novembre 2015 [DIMITAR DILKOFF / AFP/Archives]

La Serbie et la Macédoine limitent le passage des migrants sur leur territoire en fonction de leur nationalité, Belgrade choisissant de laisser entrer seulement Syriens, Irakiens et Afghans, a-t-on appris jeudi auprès du Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

"Depuis hier après-midi (mercredi), les autorités serbes autorisent l'entrée dans le pays de réfugiés venant uniquement d'Afghanistan, Syrie et Irak", a dit une porte-parole du HCR, Melita Sunjic. La Macédoine voisine filtre aussi les migrants en provenance de Grèce mais en dressant une liste de pays dont les ressortissants ne peuvent pas passer (Maroc, Sri Lanka, Soudan, Liberia, Congo et Pakistan), a-t-elle ajouté.

A l'entrée en Serbie, dans la région du village de Miratovac (sud), les migrants doivent présenter des documents d'identité ou au moins des documents venant des autorités grecques ou macédoniennes prouvant leur identité. "Tous ceux qui ne sont pas Syriens, Afghans ou Irakiens sont refoulés vers la Macédoine", a-t-elle poursuivi.

Selon un photographe de l'AFP, quelque 300 migrants attendaient depuis jeudi matin de passer de Grèce en Macédoine, à Gevgelija. Des forces de police sont déployées le long de la frontière. Plus de 800.000 migrants sont arrivés en Europe par la mer et nombre d'entre eux via les Balkans depuis le début de l'année, en majorité depuis le Moyen-Orient.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles