Terrorisme : le Sénégal envisage d’interdire la burqa

La burqa couvre intégralement le corps de la femme.[AREF KARIMI / AFP]

Le Sénégal pense interdire aux femmes le port de la burqa afin d’éviter que des terroristes puissent utiliser ce vêtement comme un déguisement.

Le ministre de l’Intérieur sénégalais, Abdoulaye Daouda a expliqué que cette décision a été prise pour des raisons de sécurité nationale. Si le pays, musulman à 92%, n’a pas connu d’attaque terroriste récemment, il craint que le groupe terroriste Boko Haram, basé au nord-est du Nigeria, ne tente d’agrandir son territoire.

Le Sénégal n’est pas le premier pays d’Afrique à bannir la burqa. Le Cameroun et le Tchad ont pris la même décision pour les mêmes raisons cette année. Boko Haram, qui multiplie les attentats depuis plusieurs mois, est soupçonné d'avoir envoyé deux jeunes filles mener une attaque kamikaze sur un marché jeudi, faisant 15 morts et plus de 50 blessés.

Une décision qui peut se révéler dangereuse

Cette mesure n’est toutefois pas la solution qui règlera entièrement le problème. Deux jours après que le Tchad ait décidé d’interdire la burqa, deux femmes qui portaient ce vêtement perpétraient une attaque-kamikaze à Ndjamena, la capitale du pays, tuant au moins 27 personnes, dont de nombreux policiers. Elles portaient volontairement des burqas pour attirer les forces de l’ordre près d’elles avant de se faire exploser.

Cette décision nourrit le débat au Sénégal, entre les tenants de la sécurité intérieure et ceux de la liberté religieuse. «Il est délicat de naviguer entre des mesures préventives et le respect des libertés individuelles», explique Khadim Mbacke, chercheur basé à Dakar.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles