Bruxelles : pagaille dans les transports et rues vides

Un véhicule militaire passe devant la station centrale à Bruxelles, le 21 novembre 2015 [JOHN THYS / AFP] Un véhicule militaire passe devant la station centrale à Bruxelles, le 21 novembre 2015 [JOHN THYS / AFP]

A la Gare du Midi, dans la file des taxis : "80 euros en une heure, autant qu'hier!", se réjouit un chauffeur. Son sourire tranche avec l'ambiance morose dans un Bruxelles au ralenti, qui s'est réveillée avec son métro à l'arrêt et les rideaux baissés des grands magasins, sous surveillance d'importantes forces de sécurité.

Le relèvement de l'alerte terroriste à son niveau maximum en raison de la "menace imminente" d'une attaque similaire à celles de Paris, décidé dans la nuit de vendredi à samedi, a laissé démunis de nombreux voyageurs. Arrivés par train dès l'aube dans la capitale, ils ont buté devant les portes closes des stations de métro, qui le resteront au moins jusqu'à dimanche après-midi.

Justifiant cette mesure exceptionnelle, qui intervient huit jours après les sanglants attentats de Paris, le Premier ministre Charles Michel a évoqué un "risque d'attentat par des individus avec armes et explosifs", en particulier aux abords "des rues commerçantes, des manifestations, des lieux animés et des transports".

"Par ordre de la police, la station est fermée": Sarah, veste militaire et piercing à la lèvre, jette un regard dépité à l'affiche placardée Gare du Midi sur une lourde porte en fer. "Je dois rentrer à la maison, je suis censée faire comment maintenant, il n'y a aucun bus qui m'y ramène", peste cette lycéenne de 16 ans venue d'Anvers par le train. "Tout ce qu'ils veulent c'est nous faire peur, c'est pas normal", s'agace-t-elle. Jonathan, 26 ans, dégaine son smartphone et prend une photo de l'annonce. "Je vais la poster sur Facebook pour avertir mes amis car tout le monde n'a pas l'air très au courant!"

Un soldat patrouille Rue Neuve à Bruxelles le 21 novembre 2015 [JOHN THYS / AFP]
Photo
ci-dessus
Un soldat patrouille Rue Neuve à Bruxelles le 21 novembre 2015
 

Près d'une sortie, Gilles, agent de la Stib (Société des transports en commun bruxellois), agite les bras dans tous les sens face aux voyageurs qui le mitraillent de questions. "Porte Louise, on y va comment?" "Bus 27 et après vous finissez à pied!", répète-t-il pour la troisième fois. "Il faut faire preuve de beaucoup de patience, certains réagissent bien, d'autres sont très mécontents", confie l'agent. "Mon rôle est de donner le maximum d'infos."

En particulier aux touristes qui veulent rejoindre le centre historique et les grands magasins. Mais, là encore, ils ont trouvé porte close. Le grand centre commercial Inno Galeria, qui borde la rue Neuve - la plus fréquentée de Belgique avec 44.000 piétons par jour - a choisi de ne pas ouvrir du tout.

Son voisin et concurrent City 2 l'a imité à midi après une réunion de la direction. Pendant les deux heures d'ouverture, les galeries sont restées désertes, les Bruxellois semblant respecter les recommandations des autorités d'éviter "les lieux à forte concentration commerciale". "C'est complètement vide. C'est quand même samedi et il est déjà 10h00!", s'étonnait Adèle, 26 ans, vendeuse pour une célèbre marque de chocolat. "Il n'y aura personne aujourd'hui, tout le monde fait circuler l'information sur les réseaux sociaux", anticipait-elle, avant que sa patronne ne l'informe de la fermeture.

La Grand Place à Bruxelles, quasi déserte, le 21 novembre 2015 [JOHN THYS / AFP]
Photo
ci-dessus
La Grand Place à Bruxelles, quasi déserte, le 21 novembre 2015
 
Un peu plus loin, devant une boutique pour accessoires de mode, une salariée patiente. "J'attends que mes collègues arrivent pour ouvrir, c'est compliqué avec le métro." Le groupe qui l'emploie a décidé de maintenir le magasin ouvert. "Pour la sécurité, j'aurais préféré rester au chaud chez moi, mais en même temps c'est bien de ne pas céder à la panique. On a des boutiques aussi à Paris, et on n'a pas fermé après les attentats", explique-t-elle.

Sur la Grand-Place, inhabituellement calme, quelques rares visiteurs étrangers foulent les pavés du coeur touristique de la capitale et prennent en photo l'Hôtel de ville gothique. A l'entrée, un véhicule blindé monte la garde mais laisse passer une future mariée dont la robe blanche détonne avec les kakis des militaires qui quadrillent le secteur. Une invitée glisse: "On va faire vite..."

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles