Triste Noël dans les Philippines inondées

Un enfant allongé dans une bassine en plastique flotte au dessus de l'eau à Calampit Bucalan, à Manille, le 24 décembre 2015  [NOEL CELIS / AFP] Un enfant allongé dans une bassine en plastique flotte au dessus de l'eau à Calampit Bucalan, à Manille, le 24 décembre 2015 [NOEL CELIS / AFP]

Joana Yambao, 12 ans, pousse dans l'eau sale une bassine en plastique qui contient sa petite soeur. Les habitants du village philippin de San Jose durement touchés par un typhon, n'ont pas grand chose à célébrer en cette période de fêtes.

Des dizaines de localités situées dans les plaines rizicoles du centre de Luzon, la principale île de l'archipel, sont toujours sous l'eau 10 jours après le passage du typhon Melor. La tempête a fait 45 morts tandis que des milliers de personnes se sont retrouvées sans nourriture, sans eau ni accès aux soins médicaux.

"Je ne crois pas que le père Noël va passer cette année, l'eau est trop haute", dit Joana Yambao à l'AFP. Au lieu de s'attabler pour le traditionnel repas de viande, fromage et douceurs, des centaines d'habitants de San Jose patientaient dans l'eau, des bassines à la main, pour la distribution de vivres organisée à l'église catholique.

Cette localité de 5.000 habitants a déjà connu des inondations, mais, selon les habitants les plus âgés, jamais pendant la période de Noël. D'après les chiffres officiels, environ 206.000 personnes sont toujours inondées ou dépendent de rations alimentaires du gouvernement, voire les deux à la fois.

Amelia Samblijay, 63 ans, tente de ne pas se laisser abattre. Chez elle, six figurines en plastique à l'effigie du père Noël sont accrochées au plafond, suspendues au dessus de l'eau marron, où flottent de vieilles chaussures, des bouteilles en plastique et le cadavre d'un rat.

Sa maison, qui n'est protégée des intempéries que par un toit en tôle, n'a plus d'électricité depuis 10 jours. Les autorités ont coupé le courant préventivement à l'approche du typhon pour éviter les électrocutions et il n'a pas été rétabli.

Des gens font la queue à travers les innondations, le 24 décembre 2015 à Calumpit Bulacan, au nord du Manille [NOEL CELIS / AFP]
Des gens font la queue à travers les innondations, le 24 décembre 2015 à Calumpit Bulacan, au nord du Manille

Mme Samblijay a trois grands enfants qui ne pourront lui rendre visite cette année. Ils auraient pu venir de Manille en bateau mais le voyage aurait été trop dangereux pour ses jeunes petits-enfants a estimé la famille. "Ca va être un triste Noël sans mes sept petits-enfants", dit-elle. Elle est obligée de faire la cuisine sur le toit pour nourrir son mari, alité depuis un accident vasculaire cérébral.

Vous aimerez aussi

Climat Les rennes du père Noël victimes du réchauffement climatique
gilets jaunes Inquiétude à Rungis à l'approche des fêtes de Noël
Histoire du jour Il se précipite au secours d'un simple mannequin pendu à un toit

Ailleurs sur le web

Derniers articles