Le Parti Pirate, grand favori des élections législatives en Islande

Le Parti Pirate islandais est né de la contestation populaire générée par la crise financière de 2008. Ici, une manifestation à Reykjavik, le 22 novembre 2008. Le Parti Pirate islandais est né de la contestation populaire générée par la crise financière de 2008. Ici, une manifestation à Reykjavik, le 22 novembre 2008. [HALLDOR KOLBEINS / AFP]

En Islande, le Parti Pirate, qui prône la démocratie directe, la semaine de 35 heures, l'assouplissement des lois sur les drogues et la refonte drastique du droit d'auteur, est en tête des intentions de vote.

Fondé en 2012 en Islande par un groupe d'activistes, de poètes et de hackers, le "Parti Pirate" - en référence au mouvement international du même nom, qui trouve ses origines en Suède - est parvenu à gagner trois sièges sur les soixante-trois du Parlement islandais, lors des dernières élections en avril 2013. Aujourd'hui crédité de 37,8 % des intentions de vote selon un sondage MMR, le "Píratar" représente une figure incontournable de la scène politique nationale.

Il dépasse même le Parti de l'Indépendance et celui du Progrès (30 % à eux deux), selon le quotidien britannique The Independent. Si ces estimations se concrétisent dans les urnes aux élections législatives de 2017, le Parti Pirate deviendrait donc la plus grande force politique en Islande, un pays ravagé par le crash financier de 2008.

Démocratie horizontale et assainissement des banques

Le programme politique du Parti Pirate est aussi radical qu'ambitieux. En plus de promouvoir les libertés d'information et de la vie privée, il prône une nouvelle forme de démocratie directe, appellée aussi "démocratie liquide", de façon à "bâtir des ponts entre le public et ceux qui sont mandatés pour servir ce public". Côté emploi, le parti protestataire préconise la réduction de la semaine de travail à 35 heures. En matière de stupéfiants, les "pirates" souhaitent assouplir les lois sur les drogues.

Une autre de leurs propositions consiste à réformer le droit de la propriété intellectuelle, comme les copyrights, les brevets ou encore la protection des oeuvres. Enfin, preuve des séquelles de la crise des subprimes, le Parti Pirate se montre très incisif à l'égard des banques : il prévoit d'assainir leur fonctionnement en les obligeant notamment à séparer leur branche investissement de leur branche commerciale, afin d'éviter les placements à risque.

"Les gens en ont marre qu'on leur promette la Lune"

Désireux de "faire de la politique autrement", en donnant la parole au peuple, les "pirates" islandais n'ont pas de leader officiel - bien que Birgitta Jonsdottir, ancienne représentante de Wikileaks et actuelle membre du Parlement islandais, est devenue de fait leur porte-parole. "Les gens en ont visiblement marre qu'on leur promette la Lune au moment des campagnes électorales, que les partis politiques ne négocient qu'entre eux et reviennent toujours sur leurs engagements", a-t-elle confié à l'Australian Financial Review. Selon la parlementaire, les sondages donnant le Parti Pirate vainqueur des prochaines élections législatives sont "trop optimistes", mais ils ont le mérite d'obliger les autres partis "à remettre en question leurs propositions".

Si le Parti Pirate islandais connaît autant de succès, c'est d'abord parce qu'il est porté par le haut niveau de méfiance à l'égard des politiciens traditionnels et des institutions bancaires, qui existe dans le pays depuis la crise de 2008. Et ailleurs ? En France, le Parti Pirate n'a pas une telle popularité. Lors des élections régionales de 2015, il s'est allié avec d'autres mouvements antisystèmes pour former la liste FLUO mais n'a recueilli que quelques milliers de voix. Il avait toutefois obtenu ses premiers élus lors des élections municipales organisées en 2014, réalisant au passage des scores significatifs comme dans le 10e arrondissement de Paris, où il avait recueilli plus de 3% des suffrages. 

Pour en savoir plus sur le Parti Pirate français, le documentaire "Pirates en Campagne" est visionnable gratuitement ici : 

PIRATES EN CAMPAGNE from Mattis Meichler on Vimeo.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles