Syrie : les déplacés toujours bloqués à la frontière turque

Des réfugiés syriens ayant fui les combats à Alep attendent à proximité de la ville d'Azaz, près de la frontière turque, le 6 février 2016 [BULENT KILIC / AFP] Des réfugiés syriens ayant fui les combats à Alep attendent à proximité de la ville d'Azaz, près de la frontière turque, le 6 février 2016 [BULENT KILIC / AFP]

A la veille d'une réunion internationale jeudi à Munich pour relancer le processus de paix en Syrie, la Turquie maintenait sa frontière fermée aux dizaines de milliers de civils ayant fui la vaste offensive du régime contre les rebelles à Alep.

La ville allemande accueille jeudi le Groupe international de soutien à la Syrie (ISSG) rassemblant 17 pays et trois organisations multilatérales qui ont adopté en novembre dernier à Vienne une feuille de route diplomatique sur le conflit.

Ce texte, consacré par une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU le 18 décembre, réclame notamment l'instauration d'un accès humanitaire aux villes syriennes assiégées et un cessez-le-feu.

En vue de cette réunion, Washington a une nouvelle fois réclamé mardi à la Russie, qui aide militairement le régime, qu'elle cesse ses raids principalement dans la province d'Alep.

"Nous allons à Munich avec le grand espoir d'un moment révélateur", a plaidé le secrétaire d'Etat américain John Kerry, partisan depuis des mois d'un rapprochement avec Moscou pour tenter de trouver une sortie de crise au conflit syrien qui a fait au moins 260.000 morts et des millions de réfugiés en cinq ans.

Avant l'ouverture de cette réunion, le coordinateur général de la coalition de l'opposition syrienne, Riyad Hijab rencontre mercredi à Londres en début d'après-midi le ministre britannique des Affaires étrangères Philip Hammond.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles