Un avion se déleste de 70 tonnes de kérosène au-dessus des Alpes

Aussi surprenante qu’elle puisse paraître cette procédure n’est ni interdite ni inhabituelle.[ERIC FEFERBERG / AFP]

En raison de problèmes techniques, un avion de la compagnie Corsair parti de l’aéroport d’Orly pour l’Ile Maurice a été contraint de faire demi-tour dans la nuit de dimanche à lundi.

Une manœuvre effectuée dans le ciel italien, à la hauteur de la ville de Gênes selon Skyguide, qui surveille l’espace aérien suisse pour le compte des autorités helvètes. Mais avant ce coup de manche, l’appareil, un Boeing B747, s’est délesté de quelques 70 tonnes de kérosène au dessus des Alpes italiennes et du Jura suisse. Il était près de 23h et l’avion volait à une altitude comprise entre 6.700 et 9.400 mètres.

Aussi surprenante qu’elle puisse paraître, cette procédure n’est ni interdite ni inhabituelle. Elle a même un nom, le fuel dumping. Tous les avions ont des systèmes d’évacuation du carburant. Mais la procédure obéit à des situations précises. A savoir que l’aéronef fasse face à des problèmes techniques qui empêchent la poursuite du vol en toute sécurité, qu'un atterrissage d’urgence soit envisagé, que l'avion vole à une certaine altitude et qu'aucun autre appareil ne se trouve dans la zone de largage.

Le but de la manœuvre est d’alléger le poids de l’avion. Cette technique avait été massivement utilisée le 11 septembre 2001 par les pilotes forcés d'atterrir en urgence dans bon nombre d'aéroports. Le largage de kérosène serait sans conséquence, car s’il est effectué à très haute altitude, le carburant se transforme en fines gouttelettes qui s’évaporent.

Vers minuit, l’avion de Corsair est revenu en descente lente jusqu'à Paris et a atterri sans encombre à Orly. Mais les riverains s’inquiètent déjà des conséquences possibles pour l’environnement d’une telle initiative.

En 2009, la compagnie avait composé sans encombres avec un incident du même type à bord d'un vol parti d'Orly pour Fort de France. L'appareil, un Boeing A-747-400, s'était délesté de 40 tonnes de kérosène environ dans le ciel d'Angers et du marais Poitevin.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles