Amnesty International établit un classement des pays les plus accueillants pour les réfugiés

Un camp de réfugiés en Grèce, le 10 mai 2016.[LOUISA GOULIAMAKI / AFP]

Une étude publiée par Amnesty International classe les Chinois comme la population la plus accueillante envers les réfugiés, juste devant les Allemands et les Britanniques. A l’inverse, la Russie est le pays le moins ouvert à l’accueil.

L’étude d’Amnesty a été publiée le 19 mai. Elle se base sur des sondages effectués auprès de 27.000 personnes dans 27 pays différents et a été réalisée par l’institut Globscan. Selon les chiffres, une personne sur dix dans le monde serait prête à accueillir un réfugié chez soi. En Chine, ce chiffre s’élève à 46%.

A lire aussi : Le Kenya veut fermer tous ses camps de migrants, 600.000 personnes déplacées ?

Un «indice d’acceptation des réfugiés» 

En partant de ces données chiffrées, l’ONG a mis en place un «indice d’acceptation des réfugiés» (refugees welcome index) en fonction de la proportion d’habitants prêts à accueillir des réfugiés dans leur pays, leur ville, leur quartier ou leur domicile. La Chine, qui obtient une note de 85 sur un maximum de 100 est en tête des pays les plus accueillants, juste devant l’Allemagne (84) et le Royaume-Uni (83). La France pour sa part se classe en 13ème position avec un indice de 56.

La Russie en revanche n’obtient qu’un indice de 18 sur 100, et se classe donc en 27ème et dernière position du classement, en tant que pays le moins accueillant pour les migrants. L’Indonésie (32) et la Thaïlande (33) complètent le trio de queue.

Les populations, plus accueillantes que les gouvernements

Dans l’ensemble, l’étude montre que 32% des personnes interrogées, tous pays confondus, sont prêtes à accueillir un réfugié dans leur quartier, 47% dans leur ville, et 80% dans leur pays. Des chiffres conséquents, dont l’ONG espère qu’ils seront entendus par les gouvernements. Car c’est bien là l’un des objectifs d’Amnesty International en réalisant une telle étude : «ces chiffres parlent d’eux-mêmes. Les gens sont prêts à accueillir les réfugiés mais les réponses inhumaines des gouvernements à la crise des réfugiés sont totalement déconnectées de la vision de leurs propres citoyens» a ainsi détaillé Salil Shetty, secrétaire général de l’ONG, par le biais d’un communiqué. Désormais, les gouvernements «ne peuvent plus utiliser l’opinion publique comme excuse pour ne pas remplir leurs obligations internationales en matière de droits de l’homme».

Amnesty International demande aux gouvernements de reloger 1,2 millions de réfugiés d’ici à la fin de l’année 2017. «Moins de 10% des 19,5 millions  que compte le monde aujourd’hui». Pour l’ONG, c’est seulement à ce prix que nous pourrons faire face à la crise mondiale des réfugiés

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles