Le Pakistan révolté par une loi qui permet de « battre légèrement » sa femme

Le projet du Conseil de l'idéologie islamique a suscité l'indignation des médias et des internautes pakistanais. [PUNIT PARANJPE / AFP]

Médias et internautes pakistanais se sont indignés, vendredi 27 mai, contre une proposition de loi qui souhaite accorder aux hommes le droit de battre leurs épouses si elles refusent, par exemple, de consentir à une relation sexuelle. 

« Un homme devrait être autorisé à battre légèrement sa femme si elle refuse ses ordres et refuse de s'habiller telle qu'il le souhaite, décline des demandes de relations sexuelles sans justification religieuse, ou ne prend pas de bain après un rapport sexuel ou lorsqu'elle a ses règles », indique également le projet de loi controversé rendu public par le Conseil de l'idéologie islamique (CII), qui en est à l'origine.

A lire aussi : Pakistan : un homme tue sa femme en découvrant qu’elle n’est pas vierge

La proposition a été accueillie par des sarcasmes de l'opinion publique et des médias. Le projet du Conseil de l'idéologie islamique, dont le mandat est de conseiller les parlementaires sur la religion musulmane, a notamment été critiqué par la Commission pakistanaise des droits de l'homme, un organisme indépendant. Ce dernier l'a qualifié de « ridicule » et a appelé à la dissolution de ce qu'il a décrit comme un conseil de « fanatiques ». 

«L'islam n'autorise pas la violence contre les femmes»

Le premier journal en langue anglaise du pays, le Dawn, a lui aussi raillé la proposition de loi en publiant un article satirique avec une liste de choses que les gens devraient battre à la place des femmes : les oeufs, le fond des bouteilles de ketchup, ou encore le tube de Michael Jackson « Beat It ».

Des internautes ont également réagi.

Pour sa part, le président du Conseil de l'idéologie islamique, le mollah Muhammad Khan Sherani, a expliqué que son projet de loi n'était encore qu'une ébauche. «L'islam n'autorise pas la violence contre les femmes», a-t-il souligné. Ce qui ne l'a pas empêché d'affirmer que les différends au sein d'un couple étaient «distincts» de la «torture envers les femmes».

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles