Un Français arrêté en Ukraine préparait 15 attentats pendant l'Euro 2016

Un poste frontière en Ukraine. Photo d'illustration. [YURIY DYACHYSHYN / AFP]

Un Français qui préparait 15 attentats en France avant et pendant l'Euro 2016 a été arrêté le 21 mai en Ukraine, a annoncé lundi à Kiev le chef des services de sécurités ukrainiens (SBU) Vassil Grytsak.

«Le SBU a réussi à empêcher quinze actes terroristes qui étaient planifiés en France à la veille et pendant le championnat d'Europe de football», a indiqué M. Gritsak en précisant que ce Français avait fait part de son opposition à «la politique de son gouvernement concernant l'arrivée massive d'étrangers en France, la diffusion de l'islam et la mondialisation».  L'homme a été arrêté en possession de 125 kg de TNT ont précisé les services secrets ukrainiens.

A lire aussi : L'Euro 2016 en France "cible potentielle pour des terroristes", avertit en Washington

M6 indiquait dimanche que le suspect pourrait être un certain Grégoire M. L'homme avait été arrêté par les gardes-frontières ukrainiens alors qu'il s'apprêtait à franchir la frontière avec la Pologne, toujours selon la chaîne. Lors de l'inspection de son utilitaire, les gardes-frontières avaient trouvé au moins trois lance-roquettes, plusieurs systèmes de visée, une centaine de détonateurs, plus de cent kilos de TNT, une demi-douzaine de Kalachnikov et plusieurs cagoules.

Des synagogues et des mosquées ciblées ?

Selon plusieurs sources citées par M6, Grégoire M., inconnu jusqu'à présent des services de renseignements et de la justice, projetait d'apporter ces armes en France pour y commettre un ou plusieurs attentats. Il aurait pu vouloir cibler des synagogues et des mosquées françaises avait précisé la chaîne. Le suspect aurait été repéré quelques jours avant son arrestation par les services de sécurité ukrainiens.

Grégoire M. serait toujours détenu en Ukraine alors qu'une enquête préliminaire a été ouverte pour trafic d'armes en France par la Juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Nancy (Meurthe-et-Moselle). Selon l’Est Républicain, l'homme est domicilié à Nant-le-Petit, dans la Meuse, où il vit dans un grand corps de ferme qui appartient à sa famille. Son domicile a été perquisitionné le vendredi 27 mai et les enquêteurs y auraient trouvé des composants explosifs et le tee-shirt d'un groupe d'extrême droite. Grégory M. est inséminateur et travaille en Alsace, précise en outre le quotidien régional. 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles