Brexit : un visa pour voyager au Royaume-Uni ?

Eurotunnel, la compagnie ferroviaire exploitant les trains Eurostar, assure que le Brexit n'aura pas de conséquence sur ses activités. Photo d'illustration. [CC / Renaud Chodkowski].

Même si le pays ne fait pas partie de l'espace Schengen, les citoyens de l'Union européenne désirant voyager ou travailler au Royaume-Uni doivent aujourd'hui fournir un simple document d'identité. Une règle, parmi d'autres, qui pourrait bien disparaître une fois le Brexit effectif.

Selon les modalités négociées entre le Royaume-Uni et les autre pays membres de l’UE, il se pourrait donc qu’il faille prochainement un visa pour voyager outre-Manche. Une hypothèse qui ne devrait toutefois pas aboutir avant au moins deux ans, cette période correspondant à la durée minimum nécessaire aux autorités de Londres pour voir aboutir le processus de sortie effective du pays de l'Union européenne.

A lire aussi : Brexit : combien de temps prendra la sortie de l'UE ?

Toutefois, si le Royaume-Uni arrive à négocier un accord lui permettant de rester au sein du marché unique européen, il est très probable que la libre circulation des personnes issues de l'UE reste acquise. Mais concernant les personnes souhaitant venir travailler dans le pays, il est également possible que le gouvernement britannique impose des restrictions et demande l'obtention préalable d'un permis de travail. La réciprocité s’appliquant, les Britanniques désirant travailler dans l'un des pays de l'Union européenne pourrait également avoir besoin d’un visa.

Des accords au cas par cas ?

Autre possibilité : le Royaume-Uni pourrait mettre en place des accords bilatéraux au cas par cas avec chaque pays. La France étant l'un de ses partenaires commerciaux privilégiés, les citoyens français pourraient être exonérés de visa ou de permis de travail. A contrario, le Royaume-Uni pourrait durcir ses condition de circulation et de travail vis-à-vis des autres pays européens qui ne constituent pas, à ses yeux, une quelconque alliance stratégique.

A lire aussi : Royaume-Uni : les gagnants et les perdants du Brexit

Quelles conséquences pour les étudiants ?

Comme le souligne le Monde, les étudiants britanniques, qui sont de plus en plus nombreux à partir étudier à l’étranger, seraient particulièrement touchés en terme de mobilité car il deviendrait plus difficile pour eux d’effectuer des études à l'étranger sans le programme Erasmus. Là encore, un accord pourrait toutefois être trouvé, comme le cas pour la Suisse et la Norvège. Concernant les étudiants des autres pays européens au Royaume-Uni, ils pourraient payer des frais universitaires beaucoup plus importants qu’aujourd'hui puisque ils seraient considérés comme tous les autres étudiants internationaux.

Quelles conséquences pour l'Eurostar ?

Quant aux possibles conséquences sur l'Eurostar, notamment sur une éventuelle hausse des tarifs appliqués par Eurotunnel, la compagnie de transport ferroviaire se veut rassurante et a affirmé via un communiqué que le Brexit n'aura pas de conséquence sur ses activités. «Le Royaume-Uni n'ayant jamais été dans l'espace Schengen, les biens et les personnes transitant par le Tunnel sous la Manche resteraient soumis aux mêmes procédures qu'actuellement». Et de souligner qu'«une baisse de la livre ferait baisser le montant de la dette du groupe dans cette monnaie».

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles