1.200 femmes agressées lors du Nouvel An 2015 en Allemagne

Le soir du réveillon, en Allemagne et plus particulièrement ici à Cologne, de nombreuses femmes ont été agressées. [MARKUS BOEHM / DPA / AFP]

Plus de 1.000 crimes sexuels ont été commis en Allemagne lors du réveillon du Nouvel an. Soit près du double des plaintes actuellement déposées.

Ces chiffres émanent d’un rapport de la police allemande qui a fuité dans la presse nationale. Un rapport qui fait grand bruit puisqu’il établit que plus de 2.000 hommes auraient agressé sexuellement près de 1.200 femmes lors de la soirée du Nouvel an 2015. Un chiffre qui représente le double des 600 plaintes déposées. 

A lire aussi : L'Allemagne va modifier sa définition du viol

120 suspects sur 1.200 identifiés

Sur les 2.000 hommes soupçonnés d’avoir pris part aux crimes dans toute l'Allemagne, seulement 120 ont été identifiés. La police estime ainsi qu’il y aurait eu 600 agressions sexuelles à Cologne, et au moins 400 à Hambourg. En l’état, seulement deux hommes ont été condamnés dans le cadre de ces agressions sexuelles, mais selon le Washington Post, plusieurs procès seraient en cours d’instruction. 

Pourtant, selon le président de l’office fédéral de police criminelle (BKA), Holger Munch, «de nombreux crimes pourraient ne jamais faire l’objet d’une enquête». De fait, sans plainte, il est impossible de lancer une enquête. 

Un lien avec le niveau d'immigration

Selon la BKA, la plupart des suspects proviendraient de pays d’Afrique du Nord. En dépit du fait que peu de Syriens soient concernés par ces enquêtes, le rapport établit que près de la moitié des hommes présumés responsables de ces actes sont en Allemagne depuis moins d’un an. «A cet égard, il existe un lien entre l’apparition du phénomène et les forts niveaux d’immigration en 2015», a notamment déclaré Holger Munch. De quoi relancer la vague de défiance contre les migrants incarnée par le mouvement Pegida.

La BKA devrait publier l’intégralité des conclusions du rapport dans les prochains jours. L’agence recommande notamment plus de patrouilles de police, mais aussi une utilisation accrue de la surveillance vidéo. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles