La Norvège va-t-elle offrir une montagne à la Finlande pour son anniversaire ?

Le sommet du mont Halti culmine à 1.331 mètres. [Carsten Frenzl]

À l’occasion des 100 ans de l’indépendance de la Finlande, la Norvège envisage de lui offrir... une montagne. L’initiative est soutenue par la population, mais quelques détails juridiques pourraient poser problème. 

La montagne en question, le mont Halti, culmine à 1.331 mètres et est située juste à côté de la frontière entre la Finlande et la Norvège. Une frontière qu’une initiative citoyenne norvégienne propose de déplacer afin d’inclure le sommet du mont Halti à la Finlande. La première ministre norvégienne, Erna Solberg, a déclaré que l’initiative était à l’étude : «il y a quelques défis d’ordre formel, et je n’ai pas encore pris ma décision, mais nous l’envisageons». 

A lire aussi : Le président islandais propose au Royaume-Uni de rejoindre une alliance nord-Atlantique

«Aucune raison de ne pas donner le Halti à la Finlande»

Le projet est né de l’idée d’un géodésiste nommé Bjon Geirr Harsson. C’est lui qui s’est aperçu que le point culminant en Finlande, une colline à la surface arrondie, était à 1.324 mètres d’altitude, soit moins que le sommet du mont Halti. «Alors qu’à une très courte distance de là, sur le même massif, il y a un sommet. D’un point de vue géologique, le Halti devrait logiquement revenir à la Finlande». En Norvège, le Galdhoppigen, culmine lui à 2.469 mètres d’altitude, «il n’y a donc aucune raison de ne pas donner le Halti à la Finlande», conclut Bjon Geirr Harsson.

La Constitution pourrait poser problème

Un obstacle pourrait pourtant faire entrave à cette initiative, la Constitution norvégienne. L’article 1 stipule ainsi que «le royaume est indivisible et inaliénable». Pourtant, l’histoire commune des deux pays montre que des ajustements de la frontière ont déjà eu lieu. De plus, la parcelle dont le don est étudié ne représente que 0,015 km2. 

L’initiative est également fortement appuyée par la commune norvégienne de Kajford, sur le territoire de laquelle se trouve le Halti. Une commune dont «le maire est très enthousiaste à l’idée de faire ce présent» à la Finlande, à en croire Bjon Geirr Harsson.

Le cabinet de la première ministre n’a pas communiqué la date à laquelle le dossier serait tranché.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles