La communauté internationale a dit adieu à Shimon Peres

Les funérailles de celui qui a été amplement salué comme un visionnaire infatigablement dévoué à la paix s'annoncent comme une congrégation exceptionnelle de chefs d'Etat et de gouvernement, de ministres, de diplomates et d'officiels de tous les acabits.[ABIR SULTAN / POOL / AFP]

Le prix Nobel de la paix Shimon Peres a été enterré vendredi matin à Jérusalem en présence de dizaines de dirigeants du monde entier, dont les présidents américain et palestinien Barack Obama et Mahmoud Abbas.

Les obsèques ont commencé avec l'acheminement, au son de prières funéraires juives, du cercueil ceint du drapeau bleu et blanc frappé de l'étoile de David jusqu'à une tribune, non loin des lieux où Shimon Peres a été inhumé, au cimetière national du mont Herzl, à quelques mètres d'un autre Nobel de la paix, Yitzhak Rabin.

Les funérailles de M. Peres, mort mercredi à 93 ans, ont constitué un vibrant hommage à la stature de l'un des pères fondateurs de l'Etat d'Israël et des artisans des accords d'Oslo censés tracer la voie de la paix avec les Palestiniens et les Arabes. La présence de M. Obama, de ses homologues français ou allemand, du prince Charles, du roi d'Espagne et même du président palestinien Mahmoud Abbas rend compte de l'immense respect que s'était attiré M. Peres en 70 ans de carrière à tous les postes - Premier ministre, ministre de la Défense, des Affaires étrangères, président.

A lire aussi : Shimon Peres, la paix pour testament

Peres, un géant comme Mandela

Benjamin Netanyahu a salué un «grand homme» pour Israël et le monde. Nous «voulons trouver dans sa postérité les raisons d'espérer», a-t-il ajouté. «Mon cher Shimon, a poursuivi le Premier ministre israélien en s'adressant au cercueil tout proche de son ancien adversaire, je pleure pour toi aujourd'hui. Je t’ai aimé, nous t’avons tous aimé. Il y aura la paix Shimon, homme cher, leader d’exception, je te le dis du plus profond de mon cœur»

Le président américain Barack Obama, au début de son éloge funèbre, a noté la présence exceptionnelle dans l'assistance du président palestinien Mahmoud Abbas : elle est «le rappel que la paix est un chantier inachevé». Il a salué Shimon Peres comme appartenant à la catégorie des «géants», comme Nelson Mandela. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles