Antonio Guterres va succéder à Ban Ki-moon

Le futur secrétaire général de l'ONU et ex-Premier ministre portugais Antonio Guterres.[JOSE MANUEL RIBEIRO / AFP]

Il était le favori depuis que le Conseil de sécurité l'avait adoubé à l'unanimité la semaine dernière. L'Assemblée générale de l'ONU a désigné jeudi comme prochain secrétaire général le Portugais Antonio Guterres.

Il succédera au Sud-Coréen Ban Ki-moon le 1er janvier prochain. L'ex-Haut commissaire de l'ONU aux réfugiés et ancien Premier ministre du Portugal, 67 ans, a été nommé pour cinq ans. Il doit prononcer un discours ce jeudi, avant de prendre ses quartiers avec son équipe de transition dans des bureaux temporaires situés en face du siège de l'ONU à New York (Etats-Unis).

A lire aussi : Qui est Antonio Guterres, le futur secrétaire général de l'ONU ?

Avec lui, «les Nations Unies se dotent du meilleur barreur possible pour cette période de tempêtes : un leader capable de tracer une direction et de rassembler, un grand professionnel capable de réformer et d'innover, un humaniste doté d'une vraie boussole morale», avait estimé avant sa confirmation l'ambassadeur français à l'ONU François Delattre.

Un socialiste modéré polyglotte

Jonglant avec aisance entre portugais, français, anglais et espagnol, ce socialiste modéré est ingénieur de formation. Né à Lisbonne le 30 avril 1949, Antonio Guterres entame son parcours politique au sein des mouvements catholiques avant d'entrer au Parti socialiste portugais (PS), pour lequel il milite au lendemain de la Révolution des oeillets de 1974.

A lire aussi : Quand un chalutier français «capture» un sous-marin portugais

Elu député en 1976, il a longtemps siégé au Parlement avant de devenir secrétaire général du Parti socialiste en 1992. Sous sa direction, les socialistes remportent les législatives de 1995, victoire qui le propulse au poste de Premier ministre. Reconduit après les législatives de 1999, il démissionne en 2001 après la défaite de son parti aux élections municipales. De 2005 à 2015, il a été à la tête du Haut commissaire de l'ONU aux réfugiés où il fut mis à l'épreuve par la plus grave crise de réfugiés depuis des décennies en raison de la guerre civile en Syrie.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles